Développement du para-sport : Le comité paralympique décline sa vision

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le C.n.p.c (Comité national paralympique congolais), qui a pour  président Simon Ibovi, entend vulgariser et promouvoir le développement du para-sport, pour une société congolaise plus équitable. Telle est la vision de ce comité, exprimée, les 11 et 13 octobre 2014, à Brazzaville, au cours d’un séminaire atelier sur le renforcement des capacités de gestion d’un comité paralympique.


Placé sous le thème «Organisation et gestion d’un comité paralympique», ledit séminaire a été organisé par le comité international paralympique et la fondation Agitos. Deux experts, Etienne Songa et Dominique Bizimana, respectivement de nationalité camerounaise et rwandaise, ont animé cet atelier.
Les séminaristes ont loué l’initiative combien manifeste du Comité international paralympique, et la volonté du président Simon Ibovi, qui ne cesse de ménager des efforts, pour l’édification et la vulgarisation du para sport au Congo.
Dans leur déclaration, à l’issue des travaux, les apprenants ont salué la dextérité des experts: «Ces experts nous ont apporté des éclaircissements sur des notions, hier, lugubres et inconnues.»
Le C.n.p.c a une vision claire et nette, certes, «mais cette vision doit être accompagnée de missions précises, des valeurs, des stratégies et d’un plan opérationnel. Tout ceci nécessite d’énormes moyens et un soutien institutionnel pour défendre notre label, au niveau national et international », ont-ils ajouté, tout en sollicitant la multiplication de telles initiatives, afin de susciter une participation massive des athlètes et de favoriser un engouement dans la formation des encadreurs techniques, administratifs et des officiels.
L’expert camerounais, Etienne Songa, a remercié le Ministère des sports et celui des affaires sociales, pour leur soutien et l’appui indispensables à la réussite des activités du C.n.p.c. Il a dit être très satisfait de cette formation qui a été très édifiante, pour les participants, et très intéressante, pour les formateurs. «Nous avons essayé d’apporter notre savoir à nos frères, parce que nous sommes aussi du mouvement paralympique, dans nos pays respectifs. On a essayé de renforcer, de construire les capacités, au niveau du C.n.p.c, afin de leur permettre d’être outillés, pour pouvoir accomplir leur mission, au niveau du Congo», a-t-il déclaré.
Pour Léon Ibovi, «cet atelier de formation a été très riche dans son intégralité. Il nous a permis, aujourd’hui, de déceler les valeurs cachées du para sport. Nous en sommes tous satisfaits et très heureux ».
A propos de la vision du Comité paralympique, il a dit: «ce canevas de travail, que nous avons tous pu obtenir, sera mis en application, dans l’avenir, pour que ce mouvement paralympique au Congo puisse décoller».
Maurice Massamba était le représentant du Ministère des sports. En clôturant la formation, il a  félicité le C.n.p.c pour ses initiatives louables, et remercié les experts, pour leur disponibilité. Enfin, il a exhorté les séminaristes à transmettre leurs connaissances aux athlètes.
La deuxième session de cette formation se déroulera en avril 2015.

Grévy Joël OKEMBA (stagiaire)

Informations supplémentaires