Football/Diables-Rouges olympiques : Et maintenant, le plus dur au Burundi!

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Décidément, les Diables-Rouges, toutes catégories d’âges confondues, seront sources de soucis. Les Olympiques, par exemple,  en découdront, à l’extérieur, le 20 mars prochain, avec leurs homologues du Burundi. Cette confrontation, dans le cadre du deuxième tour des éliminatoires de la CAN des moins de 23 ans, constitue une sorte d’énigme à résoudre. Les deux protagonistes en ont, naturellement, la clé.


Avant de s’envoler pour le Burundi, les Olympiques congolais viennent de livrer deux matches-test au Stade Massamba-Débat, face à leurs homologues du Gabon qui, de leur côté, affronteront le Ghana dans la même compétition. Pour une moisson acceptable. Ayant laminé les Gabonais par 3-0, lors de la première confrontation, samedi 9 mars, ils ont concédé un match nul de 2-2, mardi 12 mars. On le voit, ils ont réussi à marquer 5 buts en deux sorties à domicile. Cela montre la puissance de feu de leur attaque, quoiqu’il y ait des réglages encore à faire, collectivement.
En dépit de la satisfaction de l’entraîneur Elie Ngoya, qui a laissé exploser son optimisme, la double prestation congolaise devant le Gabon doit interpeller les tenants des leviers de notre football. D’autant plus que les compétitions africaines échapperont de plus en plus à l’amateurisme pur et dur, en prenant une allure de duels pour professionnels. Les compétitions des moins de 23 ans n’y échappent pas. Il n’y a plus d’équipes nationales qui ne regorgent de joueurs professionnels. Il ne faut pas se tromper d’époque. L’effort de changer, de se remettre en  question, urge, d’autant plus que le discours d’il y a cinquante ans, dépassé, ne porte plus. Il reste que les joueurs appelés soient d’authentiques professionnels, reconnaissables beaucoup plus par leurs talents et leurs prestations sur le terrain que par leurs éventuelles représentations intempestives.  Le rôle du technicien est de les superviser, au lieu de se fier à la rumeur partisane ou fanatique.

Des professionnels attendus par Elie Ngoya, on souffle les noms de Will-Césaire Matimbou (PSG), William Nkounkou (Lège-Cap-Ferret), Vinea Koubemba (US Créteil) qui seront rejoints par Guy Mbenza (Stade Tunisien/Tunisie) et Camille Kouyekimina (New Stars/Cameroun). Leur apport pourrait aider nos Diables-Rouges U23 à se tirer d’affaire au Burundi.
Pour la deuxième confrontation Congo-Gabon, les deux entraîneurs ont aligné:
Congo: Ombanza-Pea (puis Giscard Mavoungou, 46e); Prince Mouandza, Julfin Ondongo, Gomez Loembet, Théorold Saboukoulou (puis Durel Ngamboulou, 86e); Junior Ngoma-Nzaou (puis Overcien Ngoma, 46e), Brel Nongo (puis Camille Kouyekimina, 39e),  Prince Obongo, Massanga-Matondo; Van Andzono (puis Brel Mapana, 39e), Ismaël Ankobo (puis David Akendzé, 70e).
Gabon: Patrick Menene; Madouma (puis Essono Nguema,50e), Moussounda Ivounda, Nelson Assayi,  Lionel Nzemba (puis Oye Mba, 82e); Carle Mboundou,  Rode Zambé, Elloh (puis Stany Aboungamvé, 50e); Meshak, Steve Ndjamendoungou (puis Aboubacar, 59e), Ovono.

Jean ZENGABIO

Informations supplémentaires