Fédération congolaise de football : Coup de grisou: Mbono sorcier suspendu !

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Haute tension au sein du comité exécutif de la Fécofoot (Fédération congolaise de football). La lettre signée par  12 des 17 membres, le 18 octobre dernier, demandant au président, Jean-Michel Mbono ‘’Sorcier’’, de convoquer une session de l’instance, en conformité avec l’article 34 (séances) des statuts, défraie la chronique. Dernière nouvelle du front: la convocation, par les signataires de cette lettre, d’une session extraordinaire du comité exécutif, au cours de laquelle ils ont décidé, notamment, de la suspension du président Jean-Michel Mbono ‘’Sorcier’’.


Mercredi 23 et jeudi 24 novembre 2011, les 12 membres signataires de la lettre du 18 octobre 2011, auxquels se serait ajouté un treizième, mais excusé,  étaient donc réunis en session extraordinaire, au stade D’Ornano, le siège de la Fécofoot, rue Eugène Etienne, étant hermétiquement fermé. Pour analyser la crise qui secoue le comité exécutif. Ils fondent la conformité de leur acte, en s’appuyant sur l’alinéa 2 de l’article 34 des statuts, qui stipule: «Le comité exécutif est convoqué par le Président. Il doit être convoqué sous vingt-et-un jours, lorsque 50% des membres du comité exécutif le demandent». Or, le président n’a pas daigné l’appliquer. Et, finalement, ils ont rendu public  un communiqué final dans lequel deux décisions d’importance capitale ont été prises. D’abord, «la suspension et la mise à la disposition de la commission Ethique et fair-play du président Jean-Michel Mbono, suite aux faits suivants: soustraction frauduleuse prouvée de la somme de 15 millions de francs Cfa, sur 20 millions destinés aux soins médicaux de l’international François Mpelé, blanchiment des sommes d’argent à travers l’engagement du comité exécutif, sans en avoir reçu mandat dans la signature de la convention devant coûter à la Fécofoot 50 millions francs Cfa par an au profit d’un avocat, en France (Ndlr: Maurice Thial), manque de probité morale et violations répétées des statuts», lit-on, dans le communiqué.
En remplacement de Mbono «Sorcier»,  les 12 signataires ont «nommé Jean Toussaint Loemba, président par intérim, cumulati-vement avec ses fonctions antérieures (Ndlr: 1er vice-président)».
Ensuite, ils ont prononcé «la révocation provisoire de M. Guy Blaise Mayolas, 3ème vice-président, et sa mise à la disposition de la commission Ethique et Fair-play, pour avoir, délibérément, décidé de traduire en justice ses collègues membres du comité exécutif». Et «la suspension de M. Badji Mombo Wanteté (secrétaire général) pour insubordination et mauvaise manière de servir…». Toutes ces décisions seraient prises en conformité avec les statuts de la Fécofoot, déclarent, en  chœur, les membres réunis en session extraordinaire.
Les 12 membres ont-ils lancé l’opération  destitution de Jean-Mbono, alors que, toute la journée, par des appels par téléphone mobile, venant de partout, y compris du siège de la Fifa, à Zurich, des autorités sportives nationales leur ont demandé de régler la crise «à l’amiable»? C’est comme un coup de grisou dans le football congolais. Aux dernières  nouvelles, on apprend que le camp Mbono réunira, samedi 26 novembre 2011, le comité d’urgence de la Fécofoot.  Des décisions pourraient être prises. Court-on  vers l’implosion de la Fécofoot? Qui vivra verra!
G.M.

 

Informations supplémentaires