Léon Alfred Opimbat, ministre des sports et de l’éducation physique : 100 jours déjà, quelques petits pas

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le ministre des sports et de l’éducation physique, Léon Alfred Opimbat, a fait, vendredi 9 décembre 2011,  un premier bilan de son action, 100 jours après sa prise de fonction. Devant l’ensemble du mouvement sportif national. Nous plongerons dans les entrailles de sa communication. Pour en extraire et saisir, uniquement, les faits saillants. Léon Alfred Opimbat dit avoir «tenté, sans prétention aucune, quelques petits pas» dans certains domaines.
Il y avait un flou dans les relations entre les principales entités, dans la définition de leurs responsabilités respectives. Tout serait, désormais, clair, car le ministre Opimbat a réaffirmé le rôle régulateur de l’’Etat, le rôle tutélaire du Comité national olympique et sportif congolais sur les fédérations sportives nationales, enfin, le rôle des fédérations sportives nationales. Il s’est attelé, aussi, à recréer un  climat de confiance entre le public et les sportifs, d’une part, les sportifs, le public et l’Etat, d’autre part. Enfin, un plan de relance du sport a été élaboré. Il est examiné par le Pôle socio-culturel, avant son adoption, prochainement, par le Conseil des ministres.
Concernant la crise qui secoue la Fécofoot, le ministre a fait un clin d’œil aux magistrats et autres auxiliaires de justice, les invitant à occuper les postes de responsabilité dans les fédérations, certains responsables butant dans l’interprétation des statuts de leurs associations.
Quant aux préparatifs des prochains Jeux africains qu’accueillera notre pays, en 2015, Léon Alfred Opimbat a révélé que le gouvernement a consacré,  pour le compte de l’année 2012, une enveloppe budgétaire importante. Selon certaines sources, 30 milliards de francs Cfa, qui seront affectés à la construction et la réhabilitation des infrastructures sportives, ainsi qu’à la préparation des athlètes.   (Lire l’intégralité de la communication du ministre, en page 18).

G.M.