Paroisse Jésus Ressuscité et de la Divine Miséricorde (Archidiocèse de Brazzaville) : Messe en souvenir du Père Jan Czuba, un témoin de la foi assassiné à Loulombo

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Voici seize ans que le père Jan Czuba a été assassiné à Loulombo, par les bandes armées. Pour ce faire, une messe a été célébrée en l’église Jésus Ressuscité et de la Divine Miséricorde, lundi 27 octobre 2014, par Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou, évêque de Dolisie, concélébrée par NN.SS. Jan Romeo Pawlowski, nonce apostolique au Congo et au Gabon, Jean Gardin, évêque d’Impfondo, Yves Marie Monot, évêque de Ouesso.

Plusieurs prêtres, dont le père Bogdan Piotrowski, curé de la paroisse Jésus Ressuscité et de la Divine Miséricorde ont également concélébré l’eucharistie. Un grand nombre de religieuses, des paroissiens, membres des mouvements d’apostolat y ont participé, vêtus de leurs uniformes respectifs.

Après la prière d’ouverture, le curé de la paroisse a dit son mot de bienvenue. Pour la mort du Père Jan Czuba, le souvenir reste vivant, a dit Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou, dans son homélie. «On peut toujours se poser la question: pourquoi cet acte crapuleux? Pour quelle raison? Dans tous les cas, c’est dans cette interrogation que le Christ, notre Seigneur, nous rejoint. Il nous rejoint dans notre souffrance, dans notre douleur. Quelles que soient les circonstances, la vie n’est pas terminée. La mort fait partie de notre nature. Nous sommes appelés à vivre et la fin, c’est la mort. Même si nous savons que nous allons mourir ou telle personne va mourir, nous ne l’acceptons pas. C’est dans ce contexte que Jésus nous rejoint: la mort ce n’est pas la fin de la vie. La mort est-elle victorieuse de la vie?», s’est intérrogé Mgr Manamika.
Le texte de la Sagesse déclare: «Le Dieu qui a fait le ciel et la terre a créé l’homme pour une existence impérissable» (Sg 2,23). Il nous a créés, pour vivre éternellement. Pourquoi? Parce que Dieu est éternel. Créés à son image pour que nous puissions partager ce qu’il a de précieux: l’éternité. Jésus confirme ces mots dans Jean 14,1-3: «Dans la maison de mon Père, il y a beaucoup de demeures. Je m’en vais vers mon Père et je reviendrai vous chercher».
«Si Christ est ressuscité, s’il est rentré dans la maison du Père, nous allons prendre, tous, ce même chemin. Mais, Dieu qui nous a créés ne nous sauvera pas sans nous. Il faut une petite participation de notre part. Que devrions-nous faire pour participer à notre salut? Nous avons trois conditions: la foi, la prière et le témoignage. Croire en Jésus. C’est par lui que nous allons vers le Père. Il est le chemin. Il faut avoir la foi en Jésus. C’est par là que nous rejoint le père Jan Czuba, qui a quitté sa terre natale pour venir à Loulombo, dans des conditions de vie difficiles. Il y a essayé de créer le paradis autour de lui, en y mettant de l’eau, des structures de santé, un centre de coupe-couture…, pour essayer de transmettre la vie. Pour y arriver, il faut la foi. Sans la foi, on ne peut pas être missionnaire.
La foi de Jan Czuba est une foi qui porte. C’est pour cela que nous sommes ici. Les vrais témoins, ce sont les vrais maîtres».
Rappelons que le père Jan Czuba, prêtre polonais ayant exercé à la paroisse Saint Thomas de Loulombo (diocèse de Kinkala), dans le département du Pool, fut assassiné le 27 octobre 1998, par des miliciens, dans le contexte du conflit armé qui opposait alors des rebelles ninjas aux forces gouvernementales.
La messe célébrée en son souvenir était animée par deux chorales paroissiales: L’Arche de Noé et Sainte Cécile. A la fin, un apéritif a été offert aux invités, dans la salle Saint Vincent de Paul.

Philippe MOUNGUIALA

Informations supplémentaires