Basilique Sainte-Anne du Congo (archidiocèse de Brazzaville) : «Les Piroguiers du Congo» ont célébré leur 65ème anniversaire dans la simplicité

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

65 ans pour la chorale «Les Piroguiers du Congo» de la Basilique Sainte Anne du Congo, dans l’archidiocèse de Brazzaville. L’événement a été célébré, dimanche 23 novembre 2014, en la solennité du Christ Roi de l’univers, dans la plus grande simplicité. Dans l’assistance, une personnalité: Jean De Dieu Kourissa, député élu dans la première circonscription électorale de Poto-Poto, un des bienfaiteurs de cette paroisse.

La veille, le samedi 22 novembre, un concert de chants religieux, en hommage à Emile Oboa, artiste musicien de renom et président fondateur de ladite chorale, a été donné. De vieux souvenirs tels que «Mwana Nzessi» et autres, ont été exécutés, à la grande joie du public.

Présidée par l’abbé Jessy Biyoudi, deuxième vicaire de la paroisse et concélébrée par sept prêtres, parmi lesquels l’abbé Armand Kiyindou, curé recteur de la Basilique Sainte-Anne, la messe d’action de grâces du dimanche 23 novembre a connu deux moments forts, l’homélie et l’hommage à Emile Oboa.
Dans son homélie, l’abbé Jessy Biyoudi a parlé de l’humilité qui est une valeur qui doit caractériser tout chrétien en général et le choriste en particulier, à travers l’ouverture de cœur comme critère d’accession au Royaume des cieux. «Les mouvements d’apostolat doivent mener leurs activités pastorales en toute humilité. Les responsables doivent être des serviteurs au service des autres et non exercer une quelconque autorité sur eux. Exercer votre pouvoir en toute simplicité comme le fils de l’homme l’a exercé lui-même. Vous devez vivre en Eglise famille de Dieu en cette année de la famille, comme Dieu vie en chacun de vous», a-t-il dit.
Avant le rite de renvoi et la bénédiction finale, le curé recteur a, au nom de Jean Christophe Aya-Yombo, président de la chorale, retracé le parcours historique des 65 ans d’existence de la chorale «Les Piroguiers du Congo». «L’œuvre amorcée par Emile Oboa a beaucoup germé et porté beaucoup de fruits qui demeurent. Aujour-d’hui, la chorale, qui compte plus d’une centaine de choristes, jeunes et adultes, a, à son actif, près de quatre disques mis sur le marché et qui font la fierté des chants liturgiques dans l’archidiocèse de Brazzaville».
Ensuite, le curé recteur a remercié les bienfaiteurs, notamment le député Jean De Dieu Kourissa, pour le don de matériel de sonorisation fait à la paroisse. Enfin, il a annoncé les projets qui restent à réaliser pour la modernisation de la paroisse. Il s’agit, notamment de l’électrification d’une grande partie de l’église et de sa décoration devant être celle d’une Basilique digne de ce nom. Puis, il a invité la chorale a fredonné un chant en hommage à Emile Oboa intitulé: «Mwana Nzessi», chanté en chœur par toute l’assemblée debout.
«Que dire finalement de la création de cette chorale en 1949? En effet, la création de la chorale Les Piroguiers peu avant l’année 1936, par l’organiste Joseph Dacosta, ancien élève des frères des écoles chrétiennes de Léopoldville (Kinshasa) en 1940, sous la direction du père Charles Lecomte, le groupe prend l’appellation Les petits chanteurs à la croix d’Ebène, affiliés à la Fédération internationale des Pueri Cantores de Mgr Mallet. Le 1er novembre 1949, à l’occasion de l’ouverture au culte de la Basilique Sainte-Anne du Congo, le groupe est débaptisé chorale Les Piroguiers. Cette chorale connaîtra un succès au Congo et à l’étranger, sous la direction d’Emile Oboa. La messe dite des Piroguiers célébrée en 1947 était à la recherche de l’originalité et que le père Lecomte contacte le couple Henri et Eliane Pepper pour introduire une note véritablement africaine dans les chants liturgiques. Le 14 mai 1948, Mme Eliane Barat Pepper remet au père Lecomte les partitions de la messe des Piroguiers, une adaptation pure des chœurs Bandas ressortissants de la République Centrafricaine, accompagnés en Lingala. Et que le tam-tam fut utilisé pour la première fois à la messe, le 1er novembre 1949», a rappelé le curé-recteur, concernant l’histoire de la chorale.

Pascal BIOZI KIMINOU 

Informations supplémentaires