Messe des 60 ans d’ordination de Mgr Ngoui, en la basilique Sainte Anne du Congo : Le doyen du clergé centrafricain a commémoré son jubilé de diamant à Brazzaville

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Sanctuaire souvenir, la basilique Sainte Anne du Congo à Brazzaville a servi de cadre dimanche 2 avril 2017 pour la messe marquant les 60 ans d’ordination presbytérale de Mgr Joseph Marie Ngoui Akandji, prélat de Sa Sainteté, doyen du clergé centrafricain.

Au cours de la messe jubilaire (noces de diamant) sous le signe d’action de grâces, qui a coïncidé avec la célébration du 5ème dimanche de carême, année A, Mgr Ngoui a prié particulièrement pour ses deux compagnons d’illustre mémoire, Mgr Georges Firmin Singha et l’abbé Emile Okoumou, ordonnés avec lui, le 7 octobre 1956 dans cette basilique située à Poto-Poto, troisième arrondissement de Brazzaville, en plein cœur de la capitale congolaise. La célébration eucharistique présidée par Mgr Louis Portella Mbuyu, évêque de Kinkala s’est déroulée en présence de la communauté centrafricaine résidant au Congo dans laquelle on notait aussi la présence de la nièce de Mgr Ngoui qui l’accompagne, les parents de ses deux compagnons défunts et de nombreux chrétiens de Sainte Anne.

Parmi les concélébrants, il y avait NN.SS. Anatole Milandou, archevêque métropolitain de Brazzaville et Mathieu Madega Lebouakehan, évêque de Mouila, président de la C.e.g (Conférence épiscopale du Gabon), premier vice-président du Sceam (Symposium des conférences épiscopales d’Afrique et Madagascar), les abbés Edouard Mombili, secrétaire général adjoint du Sceam, Armand Brice Ibombo, secrétaire général de la C.e.c (Conférence épiscopale du Congo), Serge-Armand Kiyindou, recteur de la basilique Sainte Anne du Congo, le père Aimé Joseph Porret, vicaire de la paroisse Saint Pierre Claver de Bacongo.
Lors de cette célébration, on pouvait admirer l’exposition des deux portraits géants, dressés respectivement à l’entrée de l’église et devant l’autel, à travers lesquels on reconnaissait aisément les trois compagnons d’une part, et les trois avec l’évêque d’autre part. Aussi, l’on a pu se délecter avec des chants en sango entonnés et exécutés avec maestria par la chorale, la prière universelle en français et en sango. La célébration a débuté par l’allumage du cierge jubilaire par Mgr Ngoui, en souvenir de ses deux compagnons d’illustre mémoire, avec qui ils avaient reçu l’ordination des mains de Mgr Michel Bernard, alors archevêque de Brazzaville.
Un autre moment marquant fut, après l’homélie, le lâcher de trois colombes devant l’autel par Sr Justine Singha, nièce de Mgr Georges Firmin Singha, membre de la Congrégation des sœurs de Saint Joseph de Cluny, symbolisant les trois ordonnés du 7 octobre 1956. Quelle vive émotion!
Formulant également une pensée pieuse pour son ami le Cardinal Emile Biayenda, Mgr Joseph Marie Ngoui a donné son homélie à la fois en lingala, en sango, en français. «Chers frères et sœurs en Christ, aujourd’hui c’est le jour du Seigneur! Je suis heureux de partager avec vous la Parole de Dieu et l’eucharistie», a-t-il fait savoir.
En somme, ces noces de diamant célébrées déjà l’an dernier à Bangui, l’ont aussi été au lieu de son ordination. N’est-ce pas là un retour aux sources à Poto-Poto, troisième arrondissement de Brazzaville, quartier cosmopolite situé en plein cœur de la capitale congolaise? Les mots de remerciements du recteur de la basilique Sainte Anne et de l’archevêque de Brazzaville, ainsi que la photo de famille à l’entrée de l’église ont marqué la clôture de cette messe jubilaire.
Né le 7 février 1928, Mgr Ngoui, ancien vicaire général de Bangui, âgé de 90 ans reste très attaché à l’exercice de son ministère sacerdotal. Appelé affectueusement le patriarche, il est actuellement directeur du moyen séminaire Saint Paul de Bangui.

Aristide Ghislain NGOUMA

Informations supplémentaires