Voyage apostolique du Saint-Père en Birmanie et au Bangladesh : Le Pape François, pèlerin de la paix et de l’amour, pour encourager les catholiques

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Du 26 au 2 décembre 2017, Sa Sainteté le Pape François effectue un voyage apostolique en Birmanie et au Bangladesh. Ce voyage pontifical jugé délicat a pour enjeu d’encourager les 700.000 catholiques de Birmanie. Accueilli par des milliers de Birmans, le pape François est arrivé lundi à Rangoun pour une visite qui a débuté avec une rencontre surprise avec le chef de l’armée, accusé de mener une «épuration ethnique» contre la minorité musulmane des Rohingyas.

 

Le général Min Aung Hlaing a eu la primeur d’une audience avec le pape en fin de journée à sa résidence: un ajout de dernière minute qui permet au puissant chef de l’armée de se positionner en interlocuteur de premier plan, en devançant la rencontre mardi avec la dirigeante civile et prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi. L’aura internationale de cette dernière a été fortement ternie par son manque d’empathie pour les Rohingyas, qui sont plus de 620.000 à avoir fui depuis fin août au Bangladesh pour échapper à une campagne de répression de l’armée, qualifiée d’«épuration ethnique» par les Nations unies. Le général Min Aung Hlaing est accusé par les organisations de défense des droits de l’Homme d’être le principal responsable de cette campagne. Il s’est dit opposé au retour en masse des Rohingyas, malgré un accord en ce sens annoncé la semaine dernière entre les gouvernements birman et bangladais. La rencontre entre le pape et le général, «de courtoisie» selon Vatican, n’a duré qu’une quinzaine de minutes. Le pape sait que ses déclarations concernant le sort de la minorité seront scrutées à la loupe lors de cette visite de quatre jours. Il n’a pas hésité à dénoncer à plusieurs reprises ces derniers mois le traitement réservé à ceux qu’il appelle ses «frères rohingyas», au risque de froisser la majorité bouddhiste de Birmanie.
Agitant des drapeaux birmans et du Vatican, les catholiques birmans ayant fait le déplacement pour apercevoir le souverain pontife lundi, voulaient croire en une paix possible. «Il vient pour la paix», dit croire Christina Aye Aye Sein, employée de banque catholique, arborant un Tee-shirt avec la photo du pape et le slogan de sa visite: «Paix et amour».
«Je vous demande de m’accompagner par la prière, afin que ma présence soit pour ces populations un signe de proximité et d’espérance», a lancé le pape dimanche dernier aux 30.000 fidèles réunis place Saint-Pierre pour la prière de l’angélus.
Les quelque 700.000 catholiques de Birmanie - un peu plus de 1% des 51 millions d’habitants du pays -, qui ont longtemps été discriminés par la junte birmane espèrent beaucoup de cette visite.

Gislain Wilfrid BOUMBA

Informations supplémentaires