Fête du Pape : Le Nonce apostolique au Congo rappelle l’importance et le magistère du Pape

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Comme chaque année, l’Eglise a célébré vendredi 29 juin 2018 la fête du Pape, jour de la solennité des bienheureux apôtres Pierre et Paul, les deux piliers de l’Eglise. A Brazzaville, l’événement a donné lieu à une réception à la Nonciature apostolique, «la Maison du Pape». C’était au cours d’une cérémonie rehaussée par la présence de Clément Mouamba, premier ministre chef du Gouvernement et d’autres membres de son équipe.

Des ambassadeurs et membres du corps diplomatique accrédité au Congo, des membres de l’épiscopat congolais conduits par Mgr Daniel Mizonzo, évêque de Nkayi, président de la Conférence épiscopale du Congo et bien d’autres invités étaient présents.

Après l’exécution des hymnes du Vatican et du Congo, Mgr Francisco Escalante Molina, Nonce apostolique au Congo et au Gabon a, dans son mot de circonstance, remercié les uns et les autres pour leur présence, invitant à avoir une pensée spéciale pour le Saint-Père, le Pape François.
Evoquant le sens de cette solennité, le Nonce apostolique a présenté les saints apôtres Pierre et Paul comme deux piliers de l’Eglise, mais aussi deux icônes de la foi catholique que l’Eglise célèbre le 29 juin de chaque année. Il a rappelé que le Pape est le successeur de Saint Pierre, premier pape de l’histoire, celui qui a reçu de Jésus les clés de l’Eglise, symbole du pouvoir. «Pour l’Eglise depuis ses origines, la figure du Pape est centrale et fondamentale comme le garant de l’unité de l’Eglise. Il joue aussi le rôle d’abri et de guide suprême de tous les fidèles catholiques. Comme institution reconnue au niveau civil et social, la papauté est née à la suite de la chute de l’empire romain en Occident, au Ve siècle après Jésus-Christ». Mgr Francisco Escalante Molina a rappelé «qu’à cette époque le Pape et les évêques constituaient le seul centre d’autorité morale et d’ordre social», spécifiquement pour des questions sociales et politiques.
Quant au pontificat du 268e pape de l’histoire de l’Eglise, le Pape François, qui venait de célébrer cette année les cinq ans de son accession au trône de Pierre, le Nonce apostolique a souligné que ce pontificat est «dense et riche, centré sur l’attention aux pauvres et aux plus petits, mais surtout envers ceux qui sont à la périphérie de la société, de nos vies et même de nos cœurs». Il a profité de l’occasion pour rappeler à ses hôtes les principales préoccupations de ce pontificat qui ne cesse d’annoncer chaque jour au monde la joie de l’évangile. Préoccupations qu’il a résumées en: «la lutte contre l’indifférence, mieux, contre la globalisation de l’indifférence, contre l’injustice et les inégalités sociales; la promotion d’une culture de paix qui passe par la résolution des conflits; le problème du dialogue entre religions, contre la fausse théorie des guerres au nom de Dieu qui constitue un blasphème, un péché contre Dieu; l’attention à apporter envers la terre notre maison commune. Il nous invite à prendre soin de l’environnement pour une véritable conversion écologique».
Tous ces enseignements du Pape François, a souligné son représentant spécial au Congo, ont pour seul but «de créer une véritable culture de paix: la paix entre les hommes, la paix entre les nations, la paix envers la création». Il a en outre indiqué que le Saint-Père suit avec attention la vie sociopolitique du monde en général, et celle du Congo en particulier; qu’il saluait l’engagement au Fonds bleu pour la protection du bassin du Congo, dynamique dans laquelle œuvre aussi le Saint-Siège, pour la promotion et le respect de la nature tel que décrit dans l’encyclique Laudato Si.
Mgr Francisco Escalante Molina a félicité le président de la République du Congo pour son implication dans la recherche de la paix dans la sous-région, mais aussi pour l’accord du 23 décembre 2017 avec les responsables de la milice ninja et nsiloulou pour la pacification du département du Pool et du diocèse de Kinkala qui, petit à petit, retrouvent le calme et la paix. Il a fait siens les propos du Pape François dans un discours au corps diplomatique accrédité auprès du Saint-Siège en parlant de la paix, citant ainsi le bienheureux pape Paul VI: «Le développement, est le nouveau nom de la paix». Le Nonce apostolique a réaffirmé la volonté du Saint-Siège de continuer à travailler pour renforcer ses relations avec le Congo.

Aristide Ghislain NGOUMA

Informations supplémentaires