Grands séminaires de Kinsoundi (Brazzaville) : Clôture de l’année académique au cours de la solennité de la Pentecôte

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La chapelle du Grand séminaire de théologie a servi de cadre à la messe commémorative de la solennité de la Pentecôte, dimanche 9 juin 2019. Cette messe a coïncidé avec la clôture de l’année académique 2018-2019 aux Grands séminaires de philosophie Mgr Georges Firmin Singha et de théologie Cardinal Emile Biayenda.

Présidée par le père Brel Gustinau Malela Daouda, vicaire épiscopal chargé de la vie consacrée dans l’archidiocèse de Brazzaville, supérieur de la région Cardinal Emile Biayenda de la Congrégation du Saint Sacrement, la messe a été concélébrée par les abbés Guy Noël Okamba, recteur du Grand séminaire de philosophie Mgr Georges Firmin Singha, Gilbert Mavoungou, Christel Barthel Ganao et Gustave Makaya, respectivement, vice-recteur, directeur des études et directeur spirituel du théologat, Narcisse Nguimbi, professeur dans cette maison de formation des futurs prêtres. Le tout sous l’animation liturgique de la chorale des séminaristes.

Dans son homélie, le père Brel Malela a recentré l’événement de la Pentecôte dans l’histoire de l’Eglise, 50 jours après la fête de Pâques: «Depuis 50 jours, nous suivons les pas du Ressuscité et nous avons cru en lui parce que le Seigneur s’est montré le plus fort, le plus vaillant des guerriers. Le mystère pascal nous a façonnés en faisant de nous, malgré nos doutes et égarements, des filles et fils de la lumière qui a jailli de l’ombre des enfers pour éclater au grand jour la lumière de la résurrection. Pâques a gravé au cœur de notre foi, un itinéraire d’engagement ferme pour Dieu afin de relancer nos élans de baptisés, raffermir nos acquis baptismaux et nous ouvrir à la vérité de l’Evangile, Parole de Dieu qui donne la vie, la vie en abondance.»
Le père Brel Malela a fait savoir: «Cinquante jours nous séparent aujourd’hui de ce merveilleux événement où la terre a tremblé et n’a pu garder plus longtemps le Maître de la vie (…) Pâques marque aussi un tournant décisif dans le cheminement d’un chrétien.» Abordant les  vertus du bien, il a renchéri: «Faire le bien, c’est se conformer à ce que Dieu enseigne, à ce que l’Esprit renouvelle pour tendre vers la perfection ineffable. Faire le bien, c’est donner dans notre vie, préparer de façon plus permanente, une place à l’Esprit pour nous sanctifier sans cesse, nous inspirer des paroles sacrées, nous ouvrir à une relation filiale en appelant Dieu «Abba: Père». «La Pentecôte a redonné aux disciples, à travers l’infusion du Saint Esprit, des forces neuves, un courage étonnant, exceptionnel en vue de témoignage du Christ ressuscité.»
Au sujet du centenaire des premiers martyrs de l’Ouganda, le père Brel a affirmé: «L’Afrique prépare un grand événement avec le centenaire des premiers martyrs de l’Ouganda. C’est à Kampala que le Pape Paul VI avait demandé aux Africains d’être les missionnaires privilégiés et accrédités de leur propre continent aujourd’hui.»
Le mot de remerciements du recteur du philosophat a marqué la fin de cette célébration eucharistique à laquelle ont participé séminaristes, formateurs, amis du quartier et bienfaiteurs, à qui le recteur a témoigné la gratitude de leur maison de formation, pour tous les services reçus tout au long de cette académique ayant connu des hauts et des bas.
Après son ultime intervention, au nom des évêques du Congo, le père Brel Gustinau Malela Daouda a déclaré close l’année académique 2018-2019, aux Grands séminaires de Brazzaville.

Gislain Wilfrid BOUMBA

Informations supplémentaires