ARCHIDIOCÈSE DE BRAZZAVILLE : Mgr Anatole Milandou a clôturé l’Année pastorale et ordonné dix-sept prêtres

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Après la session diocésaine précédant la clôture  de l’Année pastorale 2018-2019, Mgr Anatole Milandou, archevêque de Brazzaville, a clôturé officiellement l’Année pastorale et conféré l’ordination presbytérale à 17 diacres dont treize diocésains et quatre religieux ayant bouclé leurs stages diaconaux dans diverses structures de l’archidiocèse de Brazzaville et celles retenues à cette fin par leurs congrégations religieuses respectives.

Il s’agit des abbés Préfadet Baloutelaho Bantsimba, Boris Timon Francis Kiessolo, Michel Bordan Bébert Kimbouani Ntsoki, Grâce Jasnel Manima Nkounkou, Natet Hubelin Darlès Massamba, Roland Armel Miassouamana, Privat Stivaine Jophane Mouanga, Drys Presley Taveld Nkodia, Mercia Giorvani Nkotani, Evrard Okoko Bahengue, Jocel Dieu Merci Sakala Sabi, Bernard Mivec Trésor Sitou Tchissafou, Baruch Fleury Yendabanzi; les pères: Ulysse Jean-Apôtre Mbouala Ndala (Congrégation des Fils de la charité), Chult Naëlt Toundou Batadingue (Congrégation des Fils de la charité), Piercy Maboto (Congrégation des Fils de l’Immaculée conception), et Jean-Michel Kibakala-Mayena de la Congrégation du Saint-Esprit.
C’était samedi 6 juillet 2019, au cours d’une messe présidée par l’archevêque de Brazzaville et concélébrée par plus d’une centaine de prêtres dont le père Guiseppe Commisso, secrétaire de la nonciature apostolique au Congo, les abbés Léonard Milongo et Bertin Foueti,  vicaires généraux de Brazzaville et Kinkala, Brice Armand Ibombo et  Antonio Mabiala, secrétaires généraux de la Conférence épiscopale du Congo (CEC) et de l’Association des conférences épiscopales de la région de l’Afrique centrale (ACERAC), Mesmin-Prosper Massengo, vicaire judiciaire de Brazzaville, les pères Brel Malela Daouda, président de la Conférence des supérieurs majeurs du Congo (CSMC), vicaire épiscopal chargé de la vie consacrée dans l’archidiocèse de Brazzaville, supérieur de la région Cardinal Emile Biayenda de la congrégation du sacrement, Toussaint Ngoma Foumanet, supérieur de la province spiritiane du Congo, Jean Audrey Dorian Touloulou, jésuite, etc.
La Place mariale de la cathédrale Sacré-Cœur a vibré de manière particulière à l’occasion de cette messe animée par la chorale diocésaine Mgr Barthélemy Batantu, les chœurs diocésains Les Amis du Grégorien, et la Schola populaire. Plusieurs autorités civiles et militaires ont participé à cette messe au cours de laquelle des parents, amis et connaissances des nouveaux prêtres, ainsi que des religieux et religieuses de diverses congrégations y ont marqué leur présence aux côtés des fidèles laïcs venus de différentes paroisses de l’archidiocèse de Brazzaville.  
C’est le vicaire général de Brazzaville, en sa qualité de responsable diocésain des vocations, des séminaires et du clergé, qui a procédé à la présentation des candidats diocésains tandis que les candidats des congrégations religieuses l’ont été par leurs supérieurs provinciaux respectifs.
Dans son homélie, l’archevêque après avoir dépeint le comportement déviant de Rebecca évoqué dans la première lecture, a fait savoir: «Ce comportement de la femme d’Isaac est à décrier, à condamner certes. Mais également à combattre. Malheureusement, nous le rencontrons encore au sein de notre Eglise locale. Notamment dans nos paroisses et nos Mouvements d’Apostolat. On ne veut pas que telle personne soit au Bureau, on fomente des histoires de tout genre pour rendre invivable l’atmosphère spirituelle du groupe. On veut que telle personne occupe tel service, on lui dessine un portrait présentant les qualités qu’il n’a pas.» Parlant de l’Evangile, l’archevêque a poursuivi: «L’Evangile nous donne une voie pour mener à bien ce combat. Il s’agit de nous convertir réellement. Il s’agit de changer profondément et radicalement notre mode actuel de vivre la foi chrétienne, parce que justement erroné.» Pour y arriver a renchéri le prédicateur: «il nous faut contempler sans cesse la Personne de Jésus le Christ, l’image parfaite de Dieu, le Sauveur de l’humanité. Et avoir les yeux fixés sur le Fils de la Vierge Marie signifie trois choses: Evangéliser, prier, et aimer l’Eglise.»
S’adressant aux futurs prêtres, Mgr Anatole Milandou après avoir brossé la signification du Grand Prêtre, a dessiné le portrait d’un prêtre qui devient comme une feuille de route pour tout prêtre, surtout pour les 17 nouveaux prêtres. «Chers futurs prêtres. Prenez grandement conscience que vous avez été appelés par Dieu. Le Sacerdoce ministériel que vous allez recevoir, c’est Dieu Lui-même qui vous le donne. Cela veut dire que vous devez toujours vous référer à Lui, par la prière personnelle et communautaire, dans l’exercice de votre ministère. Prenez grandement conscience aussi que vous êtes remplis de faiblesse. Faiblesse, ici, revêt trois sens: limites, défauts et péchés. Pour bien accomplir votre ministère presbytéral, vous avez besoin des autres (la collaboration), de vous former de façon permanente, et de fréquenter régulièrement le sacrement de réconciliation. Prenez grandement conscience, enfin, que votre charge est d’intercéder en faveur des hommes dans leurs relations avec Dieu. Cela signifie que vous devez être à leur service, autrement dit, les encourager à aimer Jésus-Christ, le Verbe de Dieu fait chair. D’ailleurs, celui qui aime Jésus-Christ ne peut qu’aimer l’Eglise qui est le Corps du Christ.»
Au terme de sa prédication, l’archevêque a donné des orientations pour la prochaine Année pastorale 2019-2020, au cours de laquelle, a-t-il promis, le combat contre les antivaleurs prendra une autre forme: «A la lumière des propositions qui ont été faites, lors du Forum des Mouvements d’Apostolat et des deux sessions pastorales, Il s’agira de donner une série de mesures qui seront appliquées dans les paroisses et Mouvements d’Apostolat de notre Eglise locale. Ce combat contre les antivaleurs ne sera gagné que si nous évangélisons, prions et aimons l’Eglise. Puisse la Vierge continuer de nous entourer de sa protection maternelle.», a conclu Mgr Anatole Milandou.
Après l’homélie,  a été exécuté le rituel de l’ordination presbytérale, caractérisé par le dialogue entre l’archevêque et les candidats, la litanie des saints, l’imposition des mains, la vêture de la chasuble, la remise de l’hostie, de la paterne, le baiser de paix.   
Peu avant la fin de la messe, l’abbé Jocel Dieu Merci Sakala Sabi, au nom de ses seize confrères nouvellement ordonnés prêtres a prononcé le mot de remerciements dans lequel il a témoigné sa gratitude à tous ceux qui les ont soutenus et accompagnés durant leur cheminement vers le sacerdoce, à leurs parents respectifs pour le don de la vie, à l’archevêque pour avoir consenti de les recevoir dans son presbyterium, et à l’abbé Antonio Mabiala, prédicateur de leur retraite ayant précédé l’ordination presbytérale.
Après s’être adressé au peuple de Dieu en dernier lieu, l’archevêque a déclaré close l’Année pastorale 2018-2019.

Gislain Wilfrid
BOUMBA

Informations supplémentaires