Archidiocèse de Brazzaville : Mgr Anatole Milandou a ouvert l’Année pastorale et ordonné 9 diacres

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La Place mariale de la cathédrale Sacré-Cœur de Brazzaville a abrité, samedi 5 octobre 2019, la messe d’ouverture de l’Année pastorale 2019-2020. Présidée par Mgr Anatole Milandou, archevêque de Brazzaville, elle a été l’occasion pour 9 grands séminaristes ayant achevé leurs stages pré diaconaux dans diverses structures de l’archidiocèse de Brazzaville de recevoir des mains de l’archevêque de Brazzaville l’ordination diaconale.

Il s’agit des abbés Patrick Chukwukelue Obah, Ander Ketiketi, Gloire Francky Kitilou, Jhudel Divin Malanda, Aimé Milongui, Christ Divin Missamou, Prisque D’Avila Nsimouessa, Christ Souakoulou, et Ginse Tambika Mbongolo.

Plusieurs prêtres ont concélébré cette messe, parmi lesquels les abbés Mesmin-Prosper Massengo, vicaire judiciaire de Brazzaville, Brice Armand Ibombo, secrétaire général de la Conférence épiscopale du Congo (CEC), Antonio Mabiala, secrétaire général de l’Association des conférences épiscopales de la région de l’Afrique centrale (ACERAC), les pères Brel Malela Daouda, vicaire épiscopal de la vie consacrée, Toussaint Ngoma Foumanet, supérieur provincial des spiritains du Congo, etc.
C’est le vicaire judiciaire de Brazzaville qui a procédé à la présentation des candidats au diaconat, appelés au préalable par un diacre.
Dans son homélie, Mgr Anatole Milandou après avoir fait la rétrospective sur les rencontres qu’il a initiées tout le mois de septembre, a fait quelques annonces: «La sécurisation de la montagne du Cardinal devient une priorité pour l’érection de la Statue du Cardinal qui est arrivée à l’Archevêché depuis le mois de juillet. Quant à la lutte contre les antivaleurs durant les deux années pastorales précédentes, le constat reste mitigé. Du côté de la société comme du côté de l’Eglise, le combat est loin d’être gagné. En effet, plusieurs faits continuent à plomber les consciences et l’agir des Brazzavillois lors des veillées, dans le traitement des veufs (ves) et dans plusieurs domaines de la vie des Congolais. Je me dois également de rappeler que quelques paroisses ne sont pas encore dotées d’organes de gouvernement comme l’exige le Droit Canonique, à savoir le Conseil pastoral, le Conseil pour les Affaires économiques et le gestionnaire.»
L’archevêque a aussi évoqué les attentes: «Cette année pastorale 2019-2020, je vous invite donc à plonger et replonger dans les eaux de notre baptême pour redécouvrir la fraîcheur de notre vocation et la raison de notre engagement pour le bien, c’est là notre repère le plus sûr.»
Sur les futurs diacres, Mgr Anatole Milandou a déclaré: «Par l’ordination de tout à l’heure, nos neuf grands séminaristes vont accéder à un degré du ministère qui fera qu’ayant reçu le don de l’esprit saint qui les fortifie, ils apporteront de l’aide - d’abord et avant tout - à l’évêque que je suis et à mon presbyterium, dans le ministère de la Parole, de l’autel et de la charité en se montrant le serviteur de tous. Institués ministres de l’autel, ils proclameront l’Evangile; ils prépareront le sacrifice eucharistique; ils distribueront aux fidèles le Corps et le Sang du Christ.»  «Vous comprenez que le diacre est essentiellement un «serviteur» qui est la fonction de tout ministre de Dieu. Le verbe latin «ministrare» signifie servir. Ministre de la République et Ministre de Dieu, nous devons être au service du peuple. Dès les débuts de la vie de l’Eglise, le Seigneur a lui-même voulu qu’il y ait une diversité de services, répartis en trois ordres différents à savoir: l’épiscopat; la prêtrise et le diaconat. Mais il convient de souligner que la diaconie recouvre, en réalité tous les ministères, en ce sens que tous, évêque-prêtre-diacre, sont ordonnés pour servir et non pas pour se faire servir comme des seigneurs du monde.»
Abordant le thème de l’Année pastorale en cours, Mgr Anatole Milandou a souligné: «Une Communauté chrétienne bien portante se doit de s’occuper de ses pauvres. D’où l’importance des Caritas paroissiales qui soulignent l’évangile en acte des chrétiens. Alors chrétien de Brazzaville que fais-tu de ton baptême alors que des faits tragiques et des comportements honteux empoisonnent la société, à tous les niveaux? Chrétien de Brazzaville que fais-tu de ton baptême, alors que les antivaleurs gangrènent ton pays, ton Eglise, ton mouvement d’apostolat?»  
S’adressant de nouveau aux ordinands, l’archevêque a conclu son adresse en rappelant les propos du cardinal Roger Etchegaray, le 28 août 1983, à l’occasion de leur ordination épiscopale avec Mgr Hervé Itoua: «Votre ordination de ce jour, par mes mains, est, comme le stipulent les pères conciliaires, la preuve que «l’Eglise continue inlassablement à envoyer des hérauts de l’Evangile». Enseignez et faites ce que l’Eglise recommande. Soyez des modèles de vie et de vrais témoins qui prêchent par l’exemple.»  «Une vraie diaconie se vit dans la fidélité au Christ qui vous a choisis; au respect scrupuleux des commandements divins; à l’exemplarité; dans une conduite digne du clerc que vous serez: Ce sont là des mots forts de sens et appelés à vous mettre à l’abri de celui qui rode comme un lion qui rugit, cherchant qui dévorer. Soyez Vigilants et Sobres. N’ayez pas peur, vous avez Dieu en vous et vous êtes appelés à l’offrir à ce monde, à ce Peuple qui vous entoure, par la Parole que vous lirez et enseignerez; mais aussi, par vos gestes de sanctification. Ayez le sens du sacré et soyez jaloux de votre ordination diaconale. Je vous redis les paroles que prononça le cardinal Roger Etchegaray le 28 aout 1983: «N’ayez pas peur! Ni de la contradiction, ni de l’indifférence. Il faut savoir que l’Evangélisation n’est pas une bombe destinée pour des enfants attardés, mais un livre écrit en caractères de feu, du feu de l’Esprit qui fait les apôtres, écrit en caractères de sang, du sang de martyr que devient tout apôtre».
Vers la fin de la messe animée par la chorale diocésaine Mgr Barthélemy Batantu, les chœurs diocésains Les amis du Grégorien et de la Scholas populaire, l’abbé Ander KetiKeti, au nom de ses huit confrères nouvellement ordonnés diacres, a prononcé le mot de remerciements. «Nous remercions sincèrement Monseigneur l’Archevêque et tout son presbyterium pour tous les bienfaits.» Après avoir remercié le père Casimir Moukouba, prédicateur de leur retraite ayant précédé l’ordination diaconale, l’orateur a fait remarquer: «servir est la condition première du diacre. En cela se visibilise tout le mystère kénotique du Christ qui se veut oubli et renoncement à soi; en vue d’une priorisation de l’autre. Le diacre ne vit pas pour lui-même mais pour les autres. Toute sa vie n’est que service, ouverture vers autrui. Merci aux parents pour la transmission de la vie. Et pour vous peuple de Dieu nous élevons une coupe de dithyrambe pour dire merci de votre présence et de vos prières.» Au terme de son adresse, l’abbé Ander Ketiketi a affirmé: «La prière est le plus grand rempart de l’âme». «C’est pourquoi nous vous demandons de nous porter dans vos prières pour que nous puissions revêtir le véritable manteau kénotique du diacre, afin que notre vie soit éternellement Christifiée et que le service des plus petits qui nous est confié soit arrosé par la prière pour que nous puissions brûler notre société de l’amour du Christ pour les hommes.»
Aussi, le manager de la Société Offset à Brazzaville, a fait don d’un lit à l’archevêque.
S’exprimant en dernier, l’archevêque a exhorté les chrétiens à demeurer des modèles dans leur milieu de vie afin de bénéficier des fruits du baptême qui est la porte d’entrée dans l’Eglise, avant de déclarer ouverte l’Année pastorale 2019-2020.

Gislain Wilfrid BOUMBA   

Informations supplémentaires