Cathédrale Sacré-Cœur (archidiocèse de Brazzaville) : Mgr Anatole Milandou a lancé l’année jubilaire commémorant les 120 ans de la cathédrale

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Fondée en 1892 par Mgr Prosper Augouard, missionnaire spiritain des premières heures de l’évangélisation du Congo, la cathédrale Sacré-Cœur de Brazzaville célébrera les 120 ans de sa fondation, le 17 juin 2012, en la fête du Sacré-Cœur. A cette occasion, Mgr Anatole Milandou, archevêque métropolitain de Brazzaville, a lancé l’année jubilaire de la fondation de l’église cathédrale Sacré-Cœur. C’était dimanche 20 novembre 2011, en la solennité du Christ-Roi de l’univers. Mgr Milandou a béni le chantier de restauration et de réhabilitation du presbytère et de la route de la cathédrale. La messe, présidée par le prélat était concélébrée par les abbés Léonard Milongo, Alexis Tobangui, Antoine Madingou, Brice Babakila et Jean Bruno Ntsiété, ainsi que par le père Maurice Milandou. Un diacre, l’abbé Rhod Sakani, stagiaire diaconal à l’archevêché, a, également, concélébré.

L’église cathédrale Sacré-Cœur, plus que centenaire, était remplie de fidèles chrétiens vêtus, pour la majorité de l’uniforme paroissial. La cérémonie a été belle, priante et très animée, grâce à la prestation de la chorale Sacré-Cœur composée des deux chorales paroissiales (cardinal Emile Biayenda et Sainte Jeanne d’Arc).
Dans son homélie, Mgr Anatole Milandou a, d’abord, évoqué les grands traits caractérisant la Royauté du Seigneur Jésus, laquelle est éprise de douceur et d’amour. Puis, il a abordé l’origine et la définition du jubilé ainsi que les motivations qui président à sa célébration. «La célébration du jubilé trouve son origine dans la Bible. Un jubilé est une année de grâce qui se célèbre à l’occasion de l’anniversaire d’un bienfait particulier de Dieu à son peuple. A cette occasion, chacun est invité à prendre conscience que Dieu continue encore aujourd’hui à donner ses grâces et à répandre sa miséricorde. Durant l’année jubilaire, chacun est invité à demander la grâce d’une conversion sincère en vue d’une rencontre personnelle avec le Seigneur», a fait savoir l’archevêque de Brazzaville.
Ayant rappelé que la cathédrale est l’église principale dans tout diocèse, car, abritant le siège de l’évêque, Mgr Anatole Milandou a conclu sa prédication, en interpellant les chrétiens sur ce à quoi, ils seront interrogés par le Seigneur, le jour du jugement. «C’est sur les petites choses que nous subirons notre examen de passage au ciel. Car, Dieu ne nous demandera pas pourquoi, n’avons-nous pas opéré de miracles? Mais, il nous interrogera sur la pratique des petits faits et actes d’amour».
Après la communion, le peuple de Dieu a accueilli la statue de Saint-Joseph, patron de l’année jubilaire et celle de la Vierge-Marie, la reine de tous les Saints, lesquelles ont été bénies par l’archevêque de Brazzaville. Ensuite, une procession composée des célébrants, de quelques enfants de chœur et des membres du conseil pastoral paroissial s’est rendue au presbytère où l’ordinaire du lieu a procédé à la bénédiction du chantier de réhabilitation et de restauration de cette bâtisse appelée «Maison Cardinal Emile Biayenda». Une autre procession comportant les logos de l’année jubilaire, représentés par deux tableaux, illustrant d’une part, la construction de la cathédrale de Brazzaville en 1892 et de l’autre, l’église cathédrale en 2011, a été accueillie. Ces deux processions se sont déroulées sur fond de l’hymne de la cathédrale. Après quoi, l’archevêque de Brazzaville a déclaré ouverte l’année jubilaire des 120 ans de la cathédrale Sacré-Cœur.
Pendant l’action de grâces, l’abbé Alexis Tobangui, curé de la cathédrale Sacré-Cœur, a fait entonner le chant de joyeux anniversaire à l’égard de l’archevêque de Brazzaville qui venait de célébrer, le 18 novembre passé, son anniversaire de naissance.
Au cours de cette année jubilaire qui s’étend du 20 novembre 2011 au 17 juin 2012, et placée sous le thème: «Ensemble aimons et construisons la cathédrale Sacré-Cœur: Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie» (Jn. 20, 21), le presbytère de cette cathédrale, légèrement plus vieux que l’église, car, étant la première bâtisse construite par les missionaires dès leur arrivée à Brazzaville, sera également rénové, afin d’honorer la mémoire aussi bien de l’Eglise que celle du cardinal Emile Biayenda, qui y avait installé son palais et dans lequel se trouve encore quelques unes de ses reliques liturgiques.

Gislain Wilfrid BOUMBA