Diocèse d’Impfondo : Les délégués de la C.e.edu.c félicitent et encouragent l’état des écoles catholiques

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Dans le cadre de sa mission de routine et de supervision de l’éducation catholique au Congo, une délégation de la C.e.edu.c (Commission épiscopale de l’éducation catholique) s’est rendue du 10 au 14 février 2014 dans le diocèse d’Impfondo.  Composée du révérend frère  Barthélemy Nkounkou, de M. Raoul Sika et de l’abbé Eric Martial Ngoungou, respectivement secrétaire général de ladite commission épiscopale, chargé des affaires administratives et du personnel et directeur diocésain de l’enseignement catholique, la délégation a visité les écoles du diocèse, dans lesquelles elle a eu des séances de travail.

Il s’agit du complexe scolaire Saint Jean-Baptiste de Bétou, l’école Saint Jean-Marie Vianney d’Enyellé, Saint-Pierre Apôtre de Boyellé, Sainte-Odile de Dongou, le complexe scolaire Paul Marie Mopiako d’Impfondo, Justin Bahouaya d’Epéna et dans tous les centres de formation professionnelle sous-tutelle: Likouala Timber, Elykia, Sainte famille des nécessiteux  et Ecodem, sans oublier les écoles préparatoires Ora (pour les populations autochtones) qui sont en pleine émergence dans le diocèse.

Cette mission portait essentiellement sur le contrôle du travail administratif et  pédagogique qui se fait, le regard sur le respect de la convention signée entre l’Eglise catholique qui est au Congo et le gouvernement de la République en matière d’éducation et de formation. Aussi, les membres de la commission et le directeur diocésain ont profité pour rappeler au corps enseignant les trois missions essentielles de ceux et celles qui enseignent dans les écoles catholiques et d’expliquer la récente déclaration des évêques sur l’éducation nationale: «Eduquer  ou Périr» du 4 février dernier.
Des encouragements ont été adressés tant à la commission diocésaine de l’éducation catholique qu’à la direction diocésaine pour tous les efforts qu’elles  réalisent pour harmoniser, conformer et régulariser nombre de problèmes  administratifs auxquels est confrontée l’école catholique dans le diocèse. Le respect  par l’école catholique des programmes d’enseignements édictés par le gouvernement était à la hauteur de la satisfaction exprimée par les partenaires (inspecteurs et autres conseillers pédagogiques rencontrés). Toutefois, l’on a constaté que certains de nos partenaires en matière d’éducation, semblent encore  ignorer l’existence de la convention de 2000 signée avec le gouvernement et  continuent toujours de penser que les écoles catholiques sont sous leur tutelle. Cela  égratigne un peu dans le respect du partenariat. Tout ceci, témoigne donc de la volonté de l’Eglise catholique à encourager et à aider le gouvernement dans sa noble mission d’éducation et de la formation de l’élite de demain.
S’agissant des trois missions essentielles d’un enseignant, M. Raoul Sika a rappelé que celles-ci se résument à «enseigner, éduquer et évangéliser». Partant, tout enseignant à l’école catholique se doit de jouir non pas d’une éthique minimaliste, mais incarner en lui toute vertu susceptible de créer l’humanité, à travers une vie de travail mené dans la rigueur- dans la responsabilité- la loyauté- l’honnêteté,… Ainsi compris, notre école sera une école de référence par la qualité du travail, une école de préférence par la qualité des valeurs qui y sont  transmises, tout ceci pour qu’elle vise l’excellence. Car, en sa qualité de Mater et Magistra c’est-à-dire, Mère et éducatrice, l’Eglise comme le disent si bien nos pères évêques, se doit d’être au service de la société. Elle doit aider et accompagner les pouvoirs publics dans la mission d’éduquer et de former intégralement l’Homme (1). D’ailleurs une bonne lecture de l’exhortation apostolique post-synodale du pape Benoît XVI «Africae Munus» au N°134, nous aidera à mieux comprendre cet engagement de l’Eglise aux côtés des pouvoirs publics. D’ailleurs, le Président de la République lors de sa rencontre du 9 décembre 2014 avec le Pape François à Rome, a salué la contribution de l’Eglise en matière d’éducation quand il dit: «l’Eglise s’adonne à la formation intégrale des élèves (…), dans le respect des programmes scolaires de l’Etat. Et ses résultats aux examens sont les meilleurs (…) et elle est fidèle à sa triple mission: éduquer, enseigner et évangéliser»(2).
Au terme de la mission, les deux délégués de la C.e.edu.c dans leurs échanges avec Mgr Jean Gardin, évêque du diocèse d’Impfondo, se sont félicités du fait que la direction diocésaine a désormais un local, de l’implication sans condition des prêtres du diocèse dans la gestion de l’école, mais aussi du fait que la plupart du personnel à la charge de la direction diocésaine perçoivent leurs émoluments dans des structures bancaires dignes d’honneur.

Abbé Eric Martial NGOUNGOU
Directeur diocésain de l’enseignement catholique

Notes:

(1) Conférence Episcopale du Congo: Déclaration sur l’éducation nationale, Eduquer ou Périr, n°3, du 04 Février 2014, P 12.
(2) Entretien du Président de la République avec le Pape François, paru dans l’hebdomadaire, Le zoom du troubadour, (source: Congo site).