«Le Développement est le nouveau nom de la Paix» (Pape Paul VI) INFRASTRUCTURES : Les trois projets phares de la CEEAC au centre de la table ronde

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le ministre de l’Aménagement, de l’équipement du territoire, des Grands travaux Jean Jacques Bouya a présenté lundi 17 février dernier aux partenaires locaux et au corps diplomatique au Congo les trois projets phares de la Communauté économique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC).

Il s’agit du projet de construction et de mise à niveau de la route Ouesso-Bangui-Ndjamena, du projet d’aménagements fluviaux et portuaires sur le fleuve Congo et ses affluents Oubangui et Sangha et du projet de construction du pont-route-rail entre les villes de Kinshasa et Brazzaville.

La deuxième phase du PIP 2025-2030 concerne le prolongement du chemin de fer Kinshasa-Ilebo. Plusieurs études, dont une achevée en 2018 par le Groupement CIMA International-Lasalle-Techniplan sur financement du groupe de la Banque africaine de développement (BAD) ont permis de déterminer les besoins prioritaires en matière d’infrastructures de transport en Afrique centrale. Les trois projets selon le ministre Jean Jacques Bouya sont subdivisés en 12 sous-projets qui devront être réalisés entre 2020 et 2030.
Le choix de ces projets illustre la volonté de la CEEAC de connecter la région d’Afrique centrale aux communautés économiques régionales limitrophes; interconnecter les capitales de ses Etats membres par des routes bitumées; développer le transport multinodal et faciliter l’accès des pays enclavés aux ports maritimes de la région.
Le projet d’aménagement et de mise à niveau du corridor Pointe-Noire-Brazzaville-Bangui-Ndjamena répond aux orientations des politiques sectorielles des transports et des programmes nationaux des pays de la zone CEEAC. Il va concerner la construction et le bitumage de 1 310,311 Km de route; la construction et le bitumage de 25,17 Km de pénétrantes et 49,07 Km de voiries. Il va concerner aussi l’accroissement et le renforcement des échanges économiques inter-Etats à travers une amélioration quantitative et qualitative des infrastructures de transport, pour répondre aux besoins du développement durable et de l’intégration régionale; l’accès direct aux ports de Pointe-Noire (Congo) et de Matadi (RD Congo) par où pourront transiter les marchandises en provenance et à destination de la RCA et du Tchad, etc.
Le projet des aménagements fluviaux et portuaires sur le fleuve Congo et ses affluents Oubangui et Sangha permettra la valorisation de la vocation naturelle de transport sur le fleuve Congo et ses affluents; le renforcement de l’intégration régionale par une massification des flux et des échanges; le désenclavement des zones de production et de consommation du bassin du Congo; la dynamisation des secteurs productifs et marchands, etc.
Le projet de construction du pont-route-rail entre les villes de Kinshasa et Brazzaville a pour objet de relier les deux capitales les plus rapprochées du monde, par la construction d’un pont route-rail de 4 Km destiné à assurer le passage automobile et ferroviaire dans des conditions optimales de sécurité. Il visera à améliorer et sécuriser les connections entre Brazzaville et Kinshasa et les ports maritimes; favoriser les échanges entre la RD Congo et le Congo-Brazzaville; favoriser les échanges entre la RD Congo d’une part et le Cameroun d’autre part; renforcer le processus d’intégration régionale et d’échanges au sein des pays membres de la CEEAC et d’améliorer la continuité du système de transport dans la zone Afrique centrale.
Pour Jean Jacques Bouya, le Plan directeur consensuel des transports en Afrique centrale (PDCT-AC) vise la densification des infrastructures et l’amélioration des interconnexions pour mettre les pays membres de la CEEAC sur le sentier de la croissance et de l’émergence.

Jacqueline MAKAYA