Direction générale des douanes et des droits indirects : Vulgarisation du nouveau dispositif général de surveillance douanière

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

Du 22 au 23 novembre 2012, il s’est tenu, à l’hôtel de ville de Brazzaville, la campagne de vulgarisation du nouveau dispositif général d’organisation du service de la surveillance douanière, sous le patronage de M. Iloky, directeur de la surveillance douanière, en présence de Stéphane Liotot, conseiller de l’Union européenne et de Fidèle-Hilaire Manda, directeur départemental des douanes de Brazzaville. Pendant deux jours, les douaniers ont été édifiés sur les missions et le dispositif général d’organisation du service de la surveillance douanière. Commencée à Pointe-Noire, la campagne de vulgarisation de ce dispositif se poursuivra à Ouesso, dans le département de la Sangha, après Brazzaville.

Dans une salle archicomble, la campagne de vulgarisation du nouveau dispositif général d’organisation du service de la surveillance douanière s’est déroulée en deux étapes. La première journée était destinée aux cadres et agents des douanes. La deuxième journée était destinée aux partenaires et à l’autorité publique.
Dans son mot de circonstance, le directeur départemental des douanes de Brazzaville, qui s’est réjoui de cette campagne de vulgarisation, a indiqué qu’avec cette reforme, l’importance stratégique de la surveillance permettra aux douaniers d’améliorer significa-tivement leurs performances et de lutter efficacement contre la fraude douanière sur toutes ses formes.
Quant au directeur de la surveillance douanière, il a fait un exposé schématique sur le nouveau dispositif général de la surveillance douanière. Il a, d’abord, parlé du contexte dans lequel s’est faite cette réforme de la surveillance douanière, avant d’en faire un bref aperçu historique. «Nous savons, tous, que le Congo, notre pays, est resté, pendant plusieurs années, en programme avec les institutions internationales, dont le Fonds monétaire international et ses programmes d’ajustement, qui ont abouti, fort heureusement, après tant de sacrifices, tant d’efforts effectués par le président de la République, le gouvernement et le peuple congolais, au point d’achèvement de l’Initiative P.p.t.e (Pays pauvres très endettés)», a-t-il rappelé. Il a estimé que dans ces formes d’économie de l’administration, l’administration des douanes n’a pas échappé à l’attention des institutions financières internationale. Parce que, selon lui, l’administration des douanes n’est qu’un maillon de cette chaîne de l’administration congolaise. Il a relevé qu’avant le décret de 2010, l’administration douanière ne disposait pas d’une direction spécifique à la surveillance douanière. Mais, c’est la réforme qui a engendré la naissance d’une nouvelle direction spécifique à la surveillance douanière, qui est la direction de la surveillance douanière.
La création de cette nouvelle direction est la conséquence de ce que, depuis quelques années, une série d’audits a été commanditée tant par le gouvernement que par les institutions internationales, telles que l’Union européenne, le Fonds monétaire international, la Banque mondiale. A l’issue de ces audits, des diagnostiques ont été établis. Parmi les thérapeutiques retenues par les auditeurs, il y a la réforme des services des douanes, notamment ceux de la surveillance.
Conformément à cette orientation, l’administration de la douane a été réorganisée par décret n°565 du 3 août 2010 portant attribution et organisation de la direction générale des douanes et des droits indirects.
A son tour, le directeur général des douanes et des droits indirects, Jean-Alfred Onanga, a, donc, signé la décision n°20 du 28 avril 2011, portant «institution-cadre sur les missions et le dispositif général d’organisation du service de la surveillance douanière». Avec la naissance de cette nouvelle direction, la direction générale des douanes et des droits indirects a jugé utile d’organiser une campagne de vulgarisation, qui a commencé à Pointe-Noire, puis à Brazzaville et qui se poursuivra dans la Sangha.

Pascal Azad DOKO

Informations supplémentaires