5ème anniversaire de la mort de Bernard Bakana Kolelas : Sous le signe de l’alliance entre le M.c.d.d.i et le P.c.t, en présence du président Denis Sassou-Nguesso

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Homme politique de renom, figure emblématique qui a marqué l’histoire de l’accession du Congo à la démocratie, en raison de sa longue lutte contre le parti unique, Bernard Bakana Kolelas, président fondateur du M.c.d.d.i (Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral), ancien maire de Brazzaville et ancien premier ministre, candidat sorti en deuxième position à l’élection présidentielle de 1992 remportée par Pascal Lissouba (U.pa.d.s), décédait, le 13 novembre 2009, en France, à la suite d’une longue maladie.

Son parti, le M.c.d.d.i, dirigé aujourd’hui par son fils, le ministre Guy-Brice Parfait Kolélas, a commémoré, avec éclat, le 5ème anniversaire de sa disparition, par une messe célébrée en plein air par l’abbé Léonard Milongo, vicaire général de l’archidiocèse de Brazzaville, concélébré par l’abbé Guy Honoré Madiénguéla, aumônier de l’hôpital de Base de Talangaï, à Nsouelé, village où l’illustre disparu a été inhumé, dans le district de Goma-Tsétsé (département du Pool).
La célébration du 5ème anniversaire de la mort de Bernard Bakana Kolélas a été rehaussée de la présence du président de la République, Denis Sassou-Nguesso, accompagné de son conseiller spécial, l’amiral Jean-Dominique Okemba, secrétaire général du C.n.s (Conseil national de sécurité), et de son conseiller à la communication, la députée élue Claudia Sassou-Nguesso.
Les membres du bureau exécutif national du M.c.d.d.i, dont Landry Euloge Kolélas et Bernard Tchibambelela, les cadres, militants et sympathisants de ce parti s’étaient mobilisés en grand nombre pour y assister. On a remarqué aussi la présence d’une forte délégation du P.c.t, conduite par le secrétaire général de ce parti, Pierre Ngolo, comprenant son adjoint, André Massamba, et des membres du secrétariat permanent, dont Serge Michel Odzoki, Fernand Sabaye, Jeanne-Françoise Loumeto-Pombo, Accel Arnaud Ndinga-Makanda, Arlette Soudan Nonault. Le préfet du département du Pool, Jean-Michel Shanga, le député Jean-Médard Moussodia étaient parmi les responsables présents.
Aucune déclaration n’a été faite au cours de la cérémonie. Cependant, durant la messe, animée par la chorale Tu Tsindissa de la paroisse Saint Charles Lwanga de Makélékélé, le célébrant, l’abbé Léonard Milongo, a fait une intrusion non moins importante dans la politique. Il a circonscrit cet événement, en soulignant que l’illustre disparu était une figure emblématique qui a marqué l’histoire politique de notre pays. Il a, ensuite, fait remarquer que l’alliance politique entre le P.c.t et le M.c.d.d.i doit être bien scellée, car «c’est le socle de l’unité nationale». Il a encouragé les dirigeants du M.c.d.d.i et ceux du P.c.t à honorer la mémoire de Bernard Bakana Kolelas, «rappelé à Dieu, après avoir accompli, avec détermination, le combat de la liberté». L’abbé Milongo a, enfin, convié l’assistance à prier pour l’illustre disparu, afin que le Seigneur l’accueille dans son royaume céleste.
Pour les observateurs, il n’en a pas fallu plus pour comprendre que cet événement avait aussi valeur de réconciliation ou, en tout cas, de consolidation des relations entre le M.c.d.d.i et le P.c.t, quand on sait les brouilles et autres soubresauts qui les ont émaillées, surtout en périodes électorales. L’on comprend ainsi le sens du déplacement du chef de l’Etat, qui a surpris plus d’un acteur politique, par son caractère inopiné et par l’absence des membres du gouvernement qui, pourtant, en pareilles circonstances, sont, généralement, présents. Pour beaucoup, en faisant ce déplacement, le président de la République a, sans doute, voulu rappeler sa place, face aux héritiers de Bernard Bakana-Kolélas, dans l’alliance entre le P.c.t et le M.c.d.d.i.
Après la messe, le président Denis Sassou Nguesso a déposé une gerbe de fleurs sur la tombe de celui qui fut son leader dans le cadre de l’alliance, avant de s’y recueillir. Après avoir partagé l’apéritif, il a pris un bain de foule, sous l’animation de différents groupes traditionnels et autres, avant de reprendre l’hélicoptère pour le retour. Le M.c.d.d.i avait prévu un repas que les invités ont partagé.

Pascal BIOZI KIMINOU