Paris (France) : Plus d’un million et demi de personnes pour rendre hommage aux journalistes victimes du terrorisme

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

Paris, la capitale française, a vécu, dimanche 11 janvier 2015, un événement historique exceptionnel, avec la marche républicaine pour la défense de la liberté d’expression, qui a mobilisé plus d’un million et demi de personnes. Plus d’une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernement, des dirigeants des organisations internationales, des ministres, des parlementaires, etc.

, venus de nombreux pays du monde, ont défilé, entre les places de la République et de la Nation, à Paris, avec le président français, François Hollande, en hommage aux 17 victimes des attaques terroristes et pour défendre la liberté. Organisée à la suite de l’attentat terroriste, dont le journal satirique Charlie Hebdo a été victime.
L’Afrique y a été représentée par les présidents malien, Ibrahim Boubacar Keïta (placé, d’ailleurs, à droite du président Hollande, dans le cortège), gabonais Ali Bongo Ondimba, nigérien, Mahamadou Issoufou, béninois Thomas Boni Yayi, sénégalais, Macky Sall, togolais, Faure Gnasingbe, les premier-ministres tunisien, Mehdi Jomaa, et tchadien, Kalzeube Payimi-Deubet.
Dans de nombreuses villes françaises, ils étaient au moins 3,7 millions de personnes, dont plus de 2,5 millions en province, pour condamner le terrorisme et manifester leur fraternité, au terme d’une semaine marquée par des attentats meurtriers. Dans certaines villes du monde, des manifestations ou des marches ont également eu lieu, toujours en soutien aux victimes des attentats.
Dans le cortège de cette marche historique retransmise en direct par de nombreuses télévision du monde, il y a eu de multitudes d’affiches, de slogans, des écrits reflétant tous des messages d’hommage à Charlie Hebdo, de liberté d’expression, de liberté de la presse, de démocratie, etc. C’est vers 21h que la marche républicaine a pris fin, à Paris, sans incident. Des mesures de sécurité exceptionnelles étaient prises pour que cette manifestation se déroule normalement. A Brazzaville, le président de la République, Denis Sassou-Nguesso, est allé signer, lundi 12 janvier dernier, le livre de condoléances ouvert à l’ambassade de France, jusqu’au mercredi 14.

J.N.

Informations supplémentaires