Département de la Cuvette-Ouest : Les travaux de la route Okoyo-Lekety Frontière Gabon lancés par le chef de l'Etat

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Jeudi 3 novembre 2011, le président de la République, Denis Sassou Nguesso, a procédé au lancement des travaux du tronçon Okoyo-Lekety-Frontière du Gabon, et à l’inauguration de la route Obouya-Boundji-Okoyo. La cérémonie s’est déroulée au quartier central d’Okoyo (département de la Cuvette-Ouest), en présence de quelques membres du cabinet du chef de l’Etat, des autorités locales (préfet, sous-préfets, conseillers départementaux, et administarteurs-maires), des parlementaires et du président directeur général de l’entreprise C.m.e.c (China machinery and equipment corporation). Long de 93 kms, le tronçon Okoyo-Lekety-Frontière Gabon sera bitumé grâce au partenariat stratégique Congo-Chine, pour un montant de 40.708.879.424 F Cfa et les travaux dureront 36 mois.
La cité d’Okoyo, qui a fait peau neuve, à l’occasion  du coup d’envoi des travaux de la route Okoyo-Lekety-Frontière Gabon, par le président de la République, a connu une ambiance particulière, avec des rues ornées de banderoles. Malgré la pluie fine qui s’abattait, la population s’est mobilisée en grand nombre, les groupes folkloriques et les chorales ont rivalisés d’ardeur.
L’assistance a eu droit à trois allocutions. C'est l’administrateur-maire d’Okoyo, Mme Doris Loemba, qui a ouvert le bal, pour son mot de bienvenue. Elle a rappelé ce que le chef de l’Etat a déjà fait notamment pour la construction du tronçon Obouya-Boundji-Okoyo. Tout en louant les efforts du président de la République qui ont permis de transformer Ewo, elle s’est fait le devoir d’être l’interprète des populations qui sollicitent qu'une attention particulière soit accordée aux voiries urbaines de la ville d’Okoyo.
Jean-Jacques Bouya, le délégué général aux grands travaux, a, quant à lui, présenté les caractéristiques techniques de la route à bitumer. Il n'a pas caché son optimisme quant à l’aboutissement heureux de ces travaux. «Sur ce deuxième segment, comme sur le premier, d’ailleurs, les obstacles à enjamber ne manqueront pas. Mais, tout nous rassure que le chantier ne connaîtra pas le moindre signe de fébrilité. Car, devant les inoubliables difficultés souvent rencontrées sur de nombreux chantiers, tenant, coûte que coûte, à franchir le pas, le président de la République a laissé la détermination mener ses pas», a-t-il fait savoir.
Pour sa part, Emile Ouosso, ministre de l’équipement et des travaux publics, a, dans son mot de circonstance, rappelé l’intérêt économique de cette route transfrontalière. «Pour l’histoire, retenons que cette route découvre le parcours fluvial qu’effectua Pierre Savorgnan De Brazza. C’est à cette occasion que je rappelle, à la mémoire collective, la localité de Lekety et celle d’Okoyo, carrefours des civilisations entre les deux bassins fluviaux de l’Ogo-oué et de l’Alima, sur l’axe de communication empruntée, en 1876, par Pierre Savorgan De Brazza, à la recherche du fleuve Congo», a-t-il dit.
Rappelons qu’après cette cérémonie, le président de la République, qui était arrivé en hélicoptère à Okoyo, a parcouru, en voiture, la route goudronnée jusqu’à Boundji. Tout au long du parcours, les populations enthousiastes étaient aux abords de la route, pour le saluer, et lui exprimer leur reconnaissance pour la construction de cette route qui marque la fin d’un cauchemar.

Pascal-Azad DOKO


Informations supplémentaires