R.d.p.s (Rassemblement pour la démocratie et le progrès social) : Après la réconciliation, cap sur la restructuration, les législatives et le congrès

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

L'amphithéâtre de Sueco, décoré pour la circonstance aux couleurs traditionnelles du R.d.p.s, a abrité, samedi 7 janvier 2012, la cérémonie relative à l'entrée politique du parti de Jean-Pierre Thystère-Tchicaya, réconcilié et réunifié. La cérémonie s'est déroulée sous les auspices de Bernard Mbatchi, président dudit parti, en présence des cadres, dirigeants, sages, dignitaires de Bwali, des militants et sympathisants venus nombreux. Deux allocutions ont été prononcées par Mabio Mavoungou-Zinga et par le président Mbatchi qui a donné la feuille de route du parti, dont les points saillants sont la restructuration, la participation aux législatives et l'organisation d'un nouveau congrès.

Tout a commencé par le cérémonial des grandes manifestations officielles. Après l'observation d'une minute de silence, l'entrée de l'emblème du parti, l'assistance a, tout d'abord, suivi l'allocution de Mabio Mavoungu-Zinga, qui a mis en exergue les efforts qu'il a fournis, pour la réconciliation et l'aboutissement du processus de réunification du R.d.p.s. «A la suite de la disparition de Jean Pierre Thystère-Tchicaya, notre parti a connu une bipolarisation sans précédent, pour des raisons  qu'il convient  de ne plus rappeler ici. Les jours passant, nous avons construit des murs épais, au lieu de bâtir des ponts», a-t-il dit.
Face à cette situation, il a pris l'initiative. «Le 25 août 2011, j'ai adressé une lettre à Monsieur Bernard Mbatchi, dans laquelle je lui concédais, de façon unilatérale, la direction unicellulaire de notre outil politique commun, le R.d.p.s, et l'invitais à prendre toutes les dispositions utiles et nécessaires, de nature à booster l'activité du parti. Mais cette lettre a été diversement appréciée. Cependant, une seule certitude me conduisait: accomplir la plénitude de notre devise, à savoir: «Unité, démocratie, progrès». Mais ce triptyque n'est possible que lorsque le dialogue, la tolérance, la fraternité, la solidarité, la liberté, l'égalité, l'éthique et l'intégrité sont des réalités dans notre vie individuelle et collective», a-t-il poursuivi.
Et devant l'auditoire, il a terminé son mot, en demandant pardon à tous les membres du R.d.p.s: «Il faut reconnaître que pendant toute la période où le R.d.p.s était en lambeaux, il est fort possible que moi-même et ceux qui étaient avec moi vous aient offensés, personnellement, ou ceux des vôtres, de diverses manières,  et à quelque titre que ce soit. Pour tout cela, je vous demande pardon et j'assume. Maintenant, bâtissons ensemble un R.d.p.s nouveau, celui des conquérants, capable de compromis, mais qui fuit la compromission».
Prenant la parole, à son tour, le président du R.d.p.s, Bernard Mbatchi, vivement ovationné, a, tout simplement, rendu publique la feuille de route devant régir la vie du parti en trois phases:
1- des actions restructurantes de terrain, à savoir: la mise en route d'un processus inclusif de restructuration des organes de base du parti; la constitution des comités opérationnels au regard des échéances électorales de 2012 et de 2013; la mise en place d'un cadre consensuel de concertation et de prise de décision politique.
2- le processus préparatoire d'un congrès, afin de doter le parti d'instances acceptées par tous;
3- la tenue dudit congrès.
Puis, il a été demandé à tous les militants de se lever comme un seul homme, derrière lui, et de se tenir prêts pour les prochaines échéances électorales que le R.d.p.s espère, «pour une fois, véritablement libres et transparentes». Il est à noter que le 7 janvier 2012 marque également le 75ème anniversaire de naissance de Jean-Pierre Thystère-Tchicaya, président-fondateur du R.d.p.s, décédé en mars 2009. C'est à cette même date qu'est née, de nouveau, l'unité au sein de ce parti. La cérémonie s’est terminée par un carnaval, histoire de sensibiliser les militants qu’il n’y a plus qu’un seul R.d.p.s, tel que le fondateur l'a laissé.

Equateur Denis NGUIMBI