COVID-19 : Un allégement des mesures de confinement, mais la pandémie est toujours là

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Après la prorogation de l’état d’urgence sanitaire par les deux chambres du Parlement, le 19 juin dernier, le Premier ministre Clément Mouamba a dévoilé le 20 juin, le deuxième palier du déconfinement progressif édicté par l’évolution de la pandémie et ses conséquences économiques et sociales. 

 

C’est un assouplissement de quelques mesures prises depuis la déclaration du premier cas de COVID-19 dans le pays le 14 mars 2020, que le Gouvernement vient de décider.
Le Premier ministre a commencé par donner l’évolution de la pandémie depuis la dernière revue faite le 17 juin dernier par la coordination nationale de riposte contre le COVID-19: 1013 cas.
Clément Mouamba a estimé que le Congo est relativement bien pourvu pour assurer un niveau de dépistage compatible avec l’évolution de la pandémie qui a déjà causé 28 décès.
Alors que la capacité litière nationale est de 624 lits, le Congo comptait à la date du 19 juin, 529 patients qui sont pris en charge dans les différents sites. Le nombre des guéris, quant à lui, est passé à 456.
Clément Mouamba a, en outre, expliqué que le Congo a obtenu, dans le cadre de la riposte nationale, des résultats encourageants, appréciés, selon lui, par les experts.
Il a néanmoins reconnu que la pandémie est encore là. «Le Gouvernement poursuivra donc, sans relâche, ses efforts pour la combattre», a indiqué Clément Mouamba.
Compte tenu de la persistance de la pandémie, l’état d’urgence sanitaire a été prorogé pour une nouvelle période de vingt jours, à compter du 20 juin 2020.
Le Premier ministre a reconnu que le COVID-19 a déjà fait payer un lourd tribut «à l’économie nationale et à notre société, notamment une forte récession économique avec un taux de croissance négatif compris entre 10% et 7%; une forte augmentation du chômage, par la suppression d’emplois dans le secteur formel; une forte contraction du commerce extérieur, tant en exportations qu’en importations; une dégradation importante des finances publiques».
Comme le secteur formel, celui de l’informel a été aussi lourdement précarisé par la pandémie et par le confinement. Raison pour laquelle, le Gouvernement a décidé de soutenir, dans le cadre du budget 2020, non seulement ces deux secteurs, mais également les ménages en grande précarité et les personnes vulnérables dont celles vivant seules ou avec handicap.
Le Fonds national de solidarité, créé à cet effet, sous forme d’un compte spécial au trésor, «bénéficie d’une inscription de 100 milliards, sur lesquels 50 milliards sont immédiatement mobilisables. Cette somme est répartie comme suit: 40 milliards pour le soutien aux entreprises et 10 milliards de transferts monétaires au bénéfice des ménages», a précisé Clément Mouamba.
Il a annoncé par ailleurs le déconfinement progressif de la localité de Tchiminzi, dans la sous-préfecture de Tchamba-Nzassi, dans le département de Pointe-Noire. Toutes ces réouvertures et reprises se feront et se déroulement, a-t-il dit, dans le strict respect des mesures de prévention d’hygiène, des mesures barrières, de distanciation physique et le port obligatoire du masque.
Demeurent en vigueur: la fermeture de toutes les frontières, sauf pour les navires, les vols cargos et autres transports de marchandises vers le Congo ou au départ du pays; la quarantaine et le test virologique (RT-PCR) obligatoire pour les passagers entrant sur le territoire national; le régime de fonctionnement actuel des marchés domaniaux; la fermeture, à l’exception des classes d’examen, des crèches, des établissements préscolaires, scolaires, des centres d’alphabétisation, des collèges, des lycées et des universités, publics et privés; la fermeture des résidences universitaires et des internats; la fermeture des bars dancings, boîtes de nuit et autres établissements clos de danse; l’interdiction des rencontres des sports collectifs et des spectacles; la limitation à 50 personnes maximum, participant à toute activité collective, à condition de respecter strictement toutes les mesures barrières; la célébration, dans l’intimité, de tous les événements familiaux, dans le respect de toutes les mesures de prévention; l’exercice des contrôles sanitaires et des contrôles de la Force publique à l’entrée et à la sortie de toutes les sorties; les mesures régissant le transport urbain.
Toutefois, «le Gouvernement rétablira le confinement dans une localité ou sur l’ensemble du territoire national, s’il était constaté une flambée de l’épidémie dans une ville ou dans plusieurs localités du pays en même temps», a indiqué Clément Mouamba, tout en mettant en garde la population: «La pandémie est encore là. Ce n’est pas le moment de baisser la garde…A l’unisson, agissons et tenons-nous donc debouts pour évincer le coronavirus du Congo».

Cyr Armel
YABBAT-NGO

Informations supplémentaires