Ambassade d’Egypte au Congo : Khaled Omran déterminé à développer la coopération avec le Congo

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le 23 juillet, c’est la date anniversaire de la révolution égyptienne de 1952, instituée comme fête nationale égyptienne. A Brazzaville, cet événement historique majeur pour le peuple égyptien a été marqué par une réception offerte, lundi 30 juillet 2012, dans les jardins de sa résidence, à Mpila (Brazzaville) par l’ambassadeur d’Egypte au Congo, Khaled Omran. Le gouvernement congolais y était représenté par Théophile Obenga, représentant personnel du président de la République, chargé du développement de l’enseignement supérieur. A cette occasion, le diplomate égyptien, qui se réjouit d’excellentes relations entre son pays et le Congo, a exprimé sa détermination à renforcer davantage la coopération entre les deux pays.

Dans la foule sélecte constituée par les membres du corps diplomatique accrédité à Brazzaville, les représentants des organisations internationales, etc, les membres de la communauté égyptienne se sont distingués par leurs tenues traditionnelles, à l’occasion de la célébration de leur fête nationale. La réception était agrémentée par la musique du terroir égyptien, en fond sonore. Tout a commencé par l’exécution des hymnes nationaux des deux pays, le Congo et l’Egypte.
Dans son allocution, l’ambassadeur Khaled Omran a fait un bref rappel historique de la révolution du 23 juillet 1952: «La révolution du 23 juillet 1952 exigeait la liberté, la démocratie, l’égalité et la justice sociale qui sont les mêmes buts que la révolution du 25 janvier 2011 est venue atteindre». Il a, par ailleurs, indiqué que l’Egypte a amorcé, depuis la révolution du 25 janvier, un tournant historique qui a culminé avec l’élection du Dr Mohamed Morsi, en qualité de premier président de la seconde République, par le biais d’élections libres et justes, ainsi que les préparations en cours d’une nouvelle constitution pour le pays, suivies d’élections législatives.
Pour lui, bien que l’Egypte soit, actuellement, préoccupée par ses propres affaires intérieures, elle adhère, toutefois, aux paramètres de sa politique étrangère, conduite par ses relations avec les pays africains comme une stratégie prioritaire. C’est pourquoi, parlant des relations avec le Congo, il a exprimé sa détermination à aller de l’avant. «Je voudrais souligner la poursuite de la constance de l’Egypte à continuer à soutenir et renforcer la coopération avec la République du Congo, dans tous les domaines, par le biais de ce que l’Egypte possède comme expertise et cadres humains, investisseurs et hommes d’affaires, pour réaliser les intérêts communs des deux pays, dans un cadre d’amitié, de transparence et du respect mutuel», a-t-il indiqué.
Sur le plan continental, il a rappelé que les préoccupations du continent africain et ses problèmes se trouvent au premier plan des préoccupations et priorités de l’Egypte et de son président démocratiquement  élu. Khaled Omran a estimé: «L’Egypte a l’honneur d’être membre du conseil pour la paix et la sécurité en Afrique pour la période 2012-2014; comme l’a toujours été, pour nous, il n’y a aucun but plus grand et de priorité plus élevée que la paix et la sécurité sur le continent africain, comme pierre angulaire pour le développement et le maintien de la stabilité des peuples». Enfin, le diplomate égyptien a exprimé sa compassion aux familles des victimes des événements du 4 mars 2012, à Brazzaville.
Pour le professeur Théophile Obenga, l’Egypte est un pays de vieilles traditions africaines, de vieilles traditions même dans le monde. «Vraiment, c’est un pays enviable. Les fêtes ont toujours été, en Egypte, depuis très longtemps, même les fêtes de jubilé, les fêtes de célébration des anniversaires, toute sorte de fête, des moments importants. Donc, c’est un pays magnifique et nous sommes très heureux, chaque fois de venir vous visiter et de renforcer notre amitié. Aux amis ici présents qui n’ont pas été en Egypte, je les invite à visiter ce pays», a déclaré le grand égyptologue, aujour-d’hui dans le rôle de diplomate.

Pascal Azad DOKO.