13ème réunion du comité des chefs de police d’Afrique centrale : Redynamiser la coopération entre les polices, pour mieux combattre la criminalité transfrontalière

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Prélude à la tenue, du 24 au 28 septembre prochains, au palais des congrès, à Brazzaville, de la 13ème réunion du C.c.p.a.c (Comité des chefs de police d’Afrique centrale), une organisation qui regroupe les directeurs généraux de police de huit pays d’Afrique centrale, le colonel Albert Ngoto, directeur général adjoint de la police, a animé un point de presse, jeudi 20 septembre dernier, dans la salle de réunion de la direction générale de la police, à Brazzaville, pour édifier l’opinion sur ces assises qui vont permettre la redynamisation de la coopération entre polices nationales, pour mieux combattre la criminalité transfrontalière.
Entouré des colonels Jean-Roger Kouni Okogna et Michel Nkoua, le directeur général adjoint de la police, le colonel Albert Ngoto, a, d’emblée, indiqué que, dès le lundi prochain, le directeur général de la police, le général Jean François Ndengué, procèdera à l’ouverture de la réunion du comité technique, réunissant les experts. La réunion du comité des chefs de police d’Afrique centrale interviendra, le 25 septembre et sera ouverte par le ministre de l’intérieur et de la décentralisation, Raymond Zéphirin Mboulou. Et le 28 septembre, place sera faite au forum des ministres en charge des questions de sécurité en Afrique centrale, patronné par le ministre d’Etat Aimé Emmanuel Yoka, coordonnateur du pôle de la souveraineté.
Créé en 1997, à Brazzaville, le C.c.p.a.c célèbre, cette année, son quinzième anniversaire, qui coïncide avec le fait que sa réunion se tient à Brazzaville où il a vu le jour. Il regroupe huit pays (Congo, Cameroun, Gabon, Tchad, République Démocratique du Congo, Centrafrique, Guinée Equatoriale et Sao Tomé et Principe) et a pour missions, avant tout, de définir une stratégie sous-régionale de lutte contre la criminalité, d’identifier l’émergence de nouvelles formes de criminalité, de coordonner les activités de coopération en matière de lutte contre la criminalité, à l’échelle de l’Afrique centrale, d’informer périodiquement les autorités nationales et sous-régionales, en charge des questions de sécurité, de l’état de la criminalité et des programmes d’actions envisagées pour combattre ce fléau, de faire part à titre consultatif, à la conférence régionale africaine, lors des sessions de son programme en cours et des activités qu’elle aura à mener.
Le C.c.p.a.c est affilié à Interpol qui compte six domaines de criminalité prioritaires que sont: la sûreté publique et le terrorisme, les stupéfiants et les organisations criminelles, le trafic des êtres humains, la criminalité financière liée aux technologies de pointe, la recherche des malfaiteurs en fuite et la corruption. Pour ce qui est des principales infractions poursuivies par les polices d’Afrique centrale, il y a le trafic et la circulation illicite des armes à feu, la criminalité de violences et le phénomène de coupeurs de routes, le trafic d’êtres et d’organes humains, le vol et le trafic des véhicules, l’immigration clandestine, les fraudes, les trafics illicites des drogues, le vol de bétails, l’escroquerie, le blanchiment de fonds provenant d’activités criminelles, le faux monnayage, le trafic des pierres précieuses, la sorcellerie et le charlatanisme.

Alain Patrick MASSAMBA

Informations supplémentaires