13ème forum des ministres en charge des questions de sécurité en Afrique centrale : Pour la redynamisation de la coopération policière internationale et régionale

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Les ministres en charge des questions de sécurité ont exprimé leur inquiétude face à certaines formes de criminalité en émergence, notamment la criminalité environnementale et le trafic des ossements humains. Ils ont apporté tout leur soutien au colonel Grébert Ngampika, du Congo, candidat consensuel de l’Afrique centrale, à l’élection au poste de délégué Afrique à la prochaine assemblée générale de l’O.i.p.c-Interpol, prévue en novembre prochain, à Rome (Italie). Telles sont, entre autres, les grandes décisions prises par le 13ème forum des ministres en charge des questions de sécurité en Afrique centrale.
C’est sous le patronage de Jean-Dominique Okemba, conseiller spécial du président de la République, secrétaire général du C.n.s (Conseil national de sécurité), que les cérémonies d’ouverture et de clôture des assises du 13ème forum des ministres en charge des questions de sécurité en Afrique centrale se sont déroulées, en présence des ministres concernés par ce forum et leurs représentant, des chefs de police des pays de la sous-région, du représentant de la Cemac, de la doyenne du corps diplomatique et des invités.
Elles avaient pour objectif général de faire le bilan des activités, pour évaluer les résultats atteints par les services de police, en rapport avec l’objectif stratégique fixé par l’O.i.p.c (Organisation internationale de la police criminelle-Interpol); de permettre à la communauté policière internationale d’atteindre l’excellence dans la coordination de la lutte contre la criminalité transfrontalière. Et cet objectif général se déclinait en trois missions essentielles: définir une politique sous-régionale de lutte contre la criminalité ; identifier les nouvelles formes de criminalité; formuler toute proposition qui permet la coopération policière et le bon fonctionnement des bureaux centraux nationaux.
«Je reste persuadé que Brazzaville 2012 vous permettra d’en évaluer les mises en œuvre et de tirer les leçons nécessaires, en vue d’approches nouvelles plus dynamiques et plus efficaces», a déclaré le contre-amiral Jean-Dominique Okemba, à l’ouverture des assises. «La construction d’un système de coordination de nos politiques de sécurité devient un impératif collectif qu’il nous faut atteindre pour mener à bien la lutte contre les diverses formes de criminalité», a-t-il affirmé à la clôture. Nous y reviendrons dans nos prochaines éditions.

Alain Patrick MASSAMBA

Informations supplémentaires