Santé : Le vaccin de la pneumonie disponible et gratuit pour tous les enfants de 2 à 11 mois

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Antoinette Sasou Nguesso, épouse du chef de l’Etat, présidente de la Fondation Congo assistance, a lancé, jeudi 11 octobre 2012,  au centre de santé Marien Ngouabi, à Talangaï, le sixième arrondissement de Brazzaville, la campagne de vaccination contre de la pneumonie, destinée aux enfants de 2 à 11 mois. C’était en présence de François Ibovi, ministre de la santé et de la population,  de Marianne  Flach, représentante de l’Unicef (Fonds des Nations unies pour l’enfance) au Congo, et de Nicolo Tassoni Estense di Castelvecchio, ambassadeur d’Italie au Congo, des autres membres du  corps diplomatique et des représentants des agences du système des Nations unies, ainsi que de quelques membres du gouvernement.

La pneumonie est une infection aigue du poumon,  due aux bactéries qui empêchent les enfants de respirer correctement. Pour éviter cette maladie, l’enfant doit avoir trois doses d’injection: la première, à l’âge de deux mois, la deuxième, à l’âge de trois mois, et la troisième, à l’âge  de quatre mois. Ce vaccin est administré à la cuisse. Il est, maintenant, disponible et gratuit, au Congo, dans tous les centres de santé.
Au total, deux cent mille enfants seront vaccinés, chaque année, contre les infections à pneumocoques.
La République du Congo vient de faire un grand pas en faveur de la santé des enfants, en introduisant un nouveau vaccin contre l’une des maladies les plus mortelles en Afrique. Il devient le 15ème pays d’Afrique subsaharienne à introduire le vaccin contre le pneumocoque, dans son P.e.v (Programme élargi de vaccination).  Le vaccin de la pneumonie est acquis grâce au financement  de Gavi (Global alliance for vaccines and immunisation) et ses partenaires, avec l’appui de l’Unicef et de l’O.m.s (Organisation mondiale de la santé), que le gouvernement du Congo a raffermi ses efforts, pour que tous les enfants du pays, y compris les plus vulnérables, puissent recevoir le nouveau vaccin et être ainsi protégés contre la pneumonie. 
Le ministre de la santé, François Ibovi, a souligné que l’année 2012,  décrétée par le président de la République, année de la santé, se veut  être engagée, afin de renforcer l’offre de santé, pour améliorer le bien-être de la population. Il a, ensuite, remercié la première dame, pour ses engagements aux côtés du président de la République, en étant sensible à tout ce qui peut maintenir l’être en vie et plus particulièrement, à toutes les questions touchant la mère et l’enfant, à travers ses engagements multiples dans la lutte contre la drépanocytose, la mortalité maternelle et infantile, sans occulter le V.i.h-sida. «Le vaccin contre le pneumocoque que nous introduisons, ce jour sera administré, gratuitement, sur toute l’étendue du territoire national, aux enfants de 2 à 11 mois, au niveau des centres fixes de vaccination. Après les épidémies de poliomyélite et de rougeole qu’a connues notre pays, en 2010  et 2011, le gouvernement  de la République a fait de la vaccination, une priorité nationale, en cette année 2012. En effet, pour atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement, notamment celui de la réduction de la mortalité infantile, la vaccination constitue l’une des interventions de santé publique la plus rentable», a-t-il signifié.
La représentante de l’Unicef a relevé que cinq cent mille enfants de cinq ans meurent, chaque année, de la pneumonie, dans le monde. «Grace à ce nouveau vaccin, le Congo va pouvoir sauver la vie des nourrissons qui,  chaque année, sont trop nombreux à succomber aux maladies dues au pneumocoque», a-t-elle indiqué.
Pour sa part, l’ambassadeur d’Italie a souhaité que cette date marque le début du contrôle des infections à pneumocoques pour lesquelles les enfants de moins de cinq ans payent un lourd tribut dans le monde, en général, et au Congo, en particulier.
A la fin des allocutions, Antoinette Sassou Nguesso et François Ibovi ont, symboliquement, vacciné des enfants, avec la première dose du vaccin.
Notons qu’au total 910 agents vaccinateurs sont sur le terrain, pour cette campagne de vaccination.

Aybienevie N’KOUKA KOUDISSA