BCH (Banque Congolaise de l’Habitat) : A Pointe-Noire, la première rencontre citoyenne d’accès au logement a été à la hauteur des attentes

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

C’est sous le thème: «L’habitat pour tous» que s’est tenue, mercredi 19 octobre 2011, à l’Hôtel Atlantic Palace, la première rencontre citoyenne de la BCH (Banque Congolaise de l’Habitat). C’était sous le patronage de M. Jean Alfred Onanga,  Président du Conseil d’Administration de la BCH, entouré de M. Eugène Bifouma, Secrétaire général du Département de Pointe-Noire, et de M. Fadhel Guizani, Directeur général de la BCH. Cette première rencontre d’une série qui se fera à travers les différents Départements du Congo, vise à sensibiliser le public sur les mécanismes de financement et d’acquisition d’un logement de haut standing.

Prenant la parole pour son mot de circonstance, M. Jean-Alfred Onanga, qui a présidé la cérémonie de lancement de la rencontre citoyenne de la BCH, s’est adressé aux particuliers, promoteurs immobiliers et aussi aux entreprises largement représentées, la mission fondamentale de la BCH et, surtout, son rôle auprès des Congolais dans l’accès au logement:
«La Banque Congolaise de l’Habitat a été créée par la volonté politique de Son Excellence Denis Sassou Nguesso, Président de la République, grâce au soutien des hautes autorités de la République tunisienne, pour promouvoir la politique du logement social au Congo, afin de permettre à chaque Congolais d’accéder à un logement décent. Il s’agit là d’un objectif ambitieux que le Chef de l’Etat a assigné à la BCH. Ainsi, cette institution doit-elle remplir, pleinement, son objet social, pour assurer le financement des projets immobiliers, afin de vous permettre d’acquérir, d’aménager et de construire votre logement. C’est pourquoi, je considère que la BCH est une banque citoyenne, qui a un rôle important à jouer dans le développement socio-économique de notre pays. Comme vous le savez bien, «quand le bâtiment va, tout va». De ce point de vue, la BCH doit contribuer, de manière efficace, à l’amélioration des conditions de vie de nos populations, par le financement des projets immobiliers, afin de répondre aux besoins en logements. Pour y parvenir, la Tunisie, qui a participé à la création de la Bch, accompagne cette institution, à travers l’assistance technique de la Banque de l’Habitat de Tunisie. Ainsi, avec l’expérience et l’expertise tunisiennes dans le domaine du financement de l’habitat, la BCH veut jouer un rôle majeur dans le financement des particuliers, des promoteurs immobiliers et aussi des entreprises.
Dans la culture congolaise, assurer un toit à sa famille est une obligation morale, car un logement décent nous protège de diverses intempéries, nous sécurise et améliore notre qualité de vie. C’est dans cette optique que nous avons initié cette rencontre, qui est, en réalité, la première d’une série de plusieurs rencontres qui nous conduiront dans les principales villes de notre pays. Ces rencontres  permettront à la BCH de sensibiliser le public, les leaders d’opinions, les élus du peuple, les autorités administratives et militaires, sur le mécanisme de financement et d’acquisition des logements. Je pense que la politique de l’habitat repose sur deux piliers essentiels, à savoir: l’accroissement de l’offre de logements sociaux et de l’offre de l’habitat privé pour les Congolais aux ressources modestes. Je ne doute pas que cette nouvelle initiative en faveur de nos populations permettra à chacun d’intérioriser et de vulgariser les conditions d’accès aux crédits à l’habitat».
M. Eugène Bifouma, Secrétaire général du Département de Pointe-Noire, qui a ouvert les assises, en lieu et place de M. Alexandre Honoré Paka, Préfet de Pointe-Noire, a reconnu le mérite de la BCH, «J’ai constaté que depuis l’installation de la BCH, l’offre de logements dans notre ville a augmenté de manière significative, même si les besoins en matière de logements demeurent encore importants. La promotion de la politique du logement social, objectif de la BCH lui confère une vocation sociale. Par conséquent, la BCH est une banque citoyenne par nature même de son objet social. Ainsi, pour permettre à la BCH de remplir, pleinement,  son rôle, elle doit avoir accès au Fonds National de l’Habitat».
Dans son exposé, M. Fadhel Guizani, Directeur général de la BCH, a éclairé la lanterne de l’assistance sur les mécanismes d’octroi de crédits à la banque qu’il dirige: «La banque a mis en place trois régimes d’épargnes réparties en huit catégories. Le régime de quatre ans permet d’épargner entre 50.000 F CFA par mois, jusqu’à 180.000 F CFA par mois. Le régime de cinq ans permet d’épargner 40.000 F CFA par mois, jusqu’à 144.000 F CFA par mois. Le régime de six ans permet d’épargner 33.000 F CFA par mois, jusqu’à 120.000 F CFA par mois.
L’épargne visé varie entre deux millions quatre cent mille francs, montant minimum et huit millions six cent quarante mille francs, montant maximum. A l’intérieur de chaque régime, il y a huit catégories qui vont de A à H. Cette panoplie de possibilité que nous offrons, tout Congolais, salarié ou non, va se positionner en fonction de son revenu mensuel et son  objectif de construction ou d’achat d’un logement. Le taux d’intérêt d’épargne logement est de 4,75% qui vont s’ajouter à son autofinancement. Ce n’est qu’au bout de la période de l’épargne convenue que le client aura droit à son crédit destiné à l’acquisition, l’aménagement ou à la construction d’un logement neuf auprès du promoteur agrée par la banque…
Au terme de l’exposé qui a duré près d’une heure et demie, les participants ont posé plusieurs questions d’éclaircissements. Répondant à toutes ces préoccupations,  M. Fadhel Guizani a convaincu les uns et les autres de la pertinence des mécanismes mis en place par la BCH, pour accéder à un logement décent. Au point que séance tenante, une centaine de personnes ont ouvert leurs comptes épargnes au guichet disposé dans la salle. Comme quoi, il faut communiquer, pour faire comprendre et emporter l’adhésion des citoyens.


Informations supplémentaires