SCPFE (Service de Contrôle des Produits Forestiers à l’Exportation) : Frédéric Massalo, L'auréat de l'Oscart du leader africain de l'année

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Directeur général du SCPFE (Service de Contrôle des Produits Forestiers à l’Exportation),  M. Frédéric Massalo a reçu, le  10  décembre 2011, à Paris, en France, l’Oscar du leader africain de l’année, attribué par le CIMA (Conseil International des Managers Africains). C’est la troisième fois que cet ingénieur en chef des eaux et forêts est couronné. Un succès justifié par la qualité du travail effectué dans son service.

Le Conseil International des Managers africains organise, tous les six mois, à Paris, un Forum économique de l’Afrique gagnante, suivi du gala des Managers, au cours duquel des prix sont décernés aux meilleurs managers de l’année. C’est ainsi que M. Frédéric Massalo, Directeur du SCPFE, a été primé,  pour la troisième fois, après avoir été lauréat de l’Oscar de leadership et de la bonne gouvernance, en 2010, et, ensuite, lauréat de l’Oscar Prestige de la renaissance africaine, en juillet 2011.
Au-delà de la modeste personne de M. Frédéric Massalo, on peut considérer ce prix comme une reconnaissance de la qualité du travail qui s’effectue au SCPFE, notamment le contrôle quantitatif et qualitatif des exportations du bois en grumes et dérivés: sciages, placages, contre-plaqués, copeaux et produits finis. Pour l’heureux récipiendaire, être primé trois fois de suite est un réconfort. Il l’a expliqué, en ces termes: «Cela nous réconforte dans notre mission et nous exhorte à travailler davantage pour maintenir le cap. C’est, à la fois, le résultat de notre système de management et, surtout, le fruit du travail de l’ensemble des agents de notre service. Nous mettons à la disposition des services de douane et des autorités compétentes des éléments d’information très appréciables sur les exportations du bois et qui permettent à l’Etat de recouvrer les droits qu’il faut».
En effet, de par son fonctionnement, c’est-à-dire le contrôle sur le terrain des produits forestiers destinés à l’exportation, la collecte instantanée et le traitement de données, lesquelles sont comparées, à chaque fois, à celles déclarées par les exportateurs et dont la différence observée est toutefois signalée à ces deniers pour un redressement des volumes à exporter, le SCPFE parvient à une inspection et une vérification dont les résultats sont si fiables que les statistiques publiées satisfont les structures administratives et les organismes internationaux qui en font la demande.
Signalons que les Antennes et Postes du  SCPFE, ainsi que son système de télécommunication couvrent quasiment l’ensemble des zones forestières du pays.
C’est une première expérience en Afrique centrale. Comme pour l’expérience réussie par le Congo sur les plantations de l’eucalyptus,  d’autres pays veulent mettre en place le système de contrôle des bois à l’exportation, à l’instar du SCPFE. Ceci n’a rien d’étonnant, à cette période où le marché de bois devient, de plus en plus, exigeant, avec la mise en œuvre du processus Flegt (application des réglementations forestières, gouvernance et échanges commerciaux et de la traçabilité), exigences auxquelles le Congo a déjà souscrit.
Le Conseil International des Managers Africains, qui observe le travail des leaders d’entreprises, a donc, favorablement, épinglé la qualité des résultats obtenus par le SCPFE, dans ce sens que les professionnels du commerce international du bois et les organismes internationaux habilités sont satisfaits du travail effectué par ce service. «Nous sommes partis presque de rien et, aujourd’hui, tout le monde apprécie la qualité de notre travail. Nous délivrons des attestations de vérification à l’export qui sont fiables et dignes de foi», a ajouté M. Frédéric Massalo.
Loin de se complaire dans cette autosatisfaction, le Directeur du SCPFE travaille à améliorer ses prestations, en prenant, régulièrement, part aux différentes réunions, aux ateliers et séminaires sur le Flegt, le système de vérification de la légalité et la traçabilité de bois, organisés par l’Union européenne et le Ministère du développement durable, de l’économie forestière et de l’environnement.
Lauréat de l’Oscar de leadership et de la bonne gouvernance, de l’Oscar Prestige de la renaissance africaine, et de l’Oscar du leader  africain de l’année, Frédéric Massalo est, pour ainsi dire, poussé dans ses retranchements de performance… Le plus difficile, pour lui, sera de se maintenir au top des managers…Un challenge à relever pour cet homme très modeste, discret, à qui nous avons difficilement pu arracher quelques mots.

Paul TCHIOMVO

Informations supplémentaires