Diocèse de Kinkala : Célébration du jubilé d’argent et des dix ans d’épiscopat de Mgr Portella

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Dimanche 30 septembre 2012, le clergé et les chrétiens du diocèse de Kinkala célèbreront le 25ème anniversaire de l’érection du diocèse de Kinkala et le 10ème anniversaire de l’épiscopat de Mgr Louis Portella Mbuyu. La célébration eucharistique de ces deux événements aura lieu à la place mariale de la cathédrale Sainte-Monique, à Kinkala. Au cours de cette messe, Mgr Louis Portella Mbuyu ordonnera diacres, cinq grand-séminaristes en fin de formation.

L’érection du diocèse de Kinkala, le 3 octobre 1987, a été motivée par le fait que les problèmes pastoraux, économiques et sociaux de la campagne sont bien différents de ceux d’une grande métropole comme Brazzaville. Mgr Louis Portella Mbuyu, son  deuxième évêque résident, a été nommé par le pape Jean-Paul II, de vénérable mémoire, le 16 octobre 2001 et intronisé le 10 février 2002, à Kinkala. Quel bilan peut-on établir de ses dix ans à la tête du diocèse de Kinkala?
Pour évaluer, à sa juste valeur, la décennie d’épiscopat de Mgr Portella à la tête du diocèse de Kinkala, il est important de revenir sur le diagnostic établi par son premier évêque résident, Mgr Anatole Milandou, actuel archevêque de Brazzaville. Dans sa lettre pastorale d’après-guerre intitulée: «Ouvrons les chemins de la résurrection», Mgr Milandou affirme: «Nous avons encore tous à l’esprit le triste tableau de la tourmente guerrière qui a sévi au milieu de nous… Cette terrible guerre qui a ravagé notre diocèse, qui a écumé nos villages jusqu’à nos minuscules hameaux les plus reculés, a semé, chez nous, la tristesse, la désolation et le désespoir…». C’est dans ce contexte que Mgr Portella a pris possession canonique du siège de Kinkala.
Le diocèse de Kinkala présente, aujourd’hui, un visage en pleine métamorphose. Loin de dresser une liste exhaustive des réalisations de cet humble serviteur de Dieu de ses dix ans d’épiscopat, nous nous contenterons de citer, de façon lapidaire, quelques œuvres: la réhabilitation des églises détruites pendant la guerre  (Kingoyi, Kinkembo et Loulombo); la construction d’un grand presbytère à la paroisse Saint Matthieu de Mbandza-Ndounga; les travaux de finition du nouvel évêché de Kinkala; la construction, toujours dans l’enceinte de l’évêché, d’un nouveau logement et, enfin, l’acquisition de plusieurs moyens roulants.
Soucieux de la formation des jeunes, des efforts ont été consentis, pour la réhabilitation de l’école primaire catholique de Missafou et la construction d’un collège catholique avec internat à Kinkala. Les fruits de ces dix ans d’épiscopat de Mgr Louis Portella, à la tête du diocèse de Kinkala, sont aussi visibles chez les frères de Saint-Augustin de Campagne de Mindouli. Cette communauté diocésaine possède, aujourd’hui, un grand groupe électrogène, un atelier de soudure et de menuiserie. Ce qui constitue un véritable élan d’autofinancement.
Sous l’impulsion de Mgr Portella, la Caritas diocésaine a exécuté plusieurs projets, en 2004, 2005 et 2006. Retenons, tout simplement, le projet d’assistance matérielle et la réhabilitation des maisons d’habitation, à Loulombo (600 maisons réhabilitées, 2.000 kits de fabrication de manioc et la distribution des moustiquaires imprégnées).
En ce qui concerne les objectifs pastoraux de ces dix dernières années, il convient de noter une constante sur les orientations données par l’évêque de Kinkala. Le contexte étant celui de post-conflit. Mgr Portella a instruit, et cela à plusieurs sessions de rentrée pastorale, l’ensemble des ouvriers apostoliques de Kinkala, sur les thèmes suivants: les mbongui, la formation et  la réconciliation.
En dix ans d’épiscopat, Mgr Portella aura parcouru plus de 25.000 km  sur un réseau routier quasi inexistant, visitant les différentes paroisses de son diocèse et réconfortant, dans la foi, ses frères et sœurs dans le Christ. Vingt-cinq candidats au sacerdoce ont reçu l’ordination par l’imposition de ses mains. Au regard de tout ce travail fructueux, nous pouvons affirmer que le 10ème anniversaire d’épiscopat de Mgr Portella se célèbre sous le signe d’un bilan positif qui, toutefois, ne reflète en rien, la situation économique et financière de ce diocèse rural qui demeure très précaire.
Mgr Louis Portella Mbuyu ne célèbre pas seulement ses dix ans d’épiscopat, mais aussi,  ses 45 ans de vie sacerdotale, car ordonné prêtre, le 31 décembre 1967, à Pointe-Noire, ainsi que ses 70 ans d’âge, pour avoir vu le jour, le 28 juillet 1942, à Pointe-Noire. Ce serviteur infatigable de l’Evangile du Christ a eu un parcours atypique dans l’histoire de l’Eglise du Congo-Brazzaville. En effet, il a servi son Eglise locale, presqu’à tous les niveaux de responsabilité: d’abord, comme acolyte, pour avoir servi, avec dignité, à la messe d’ordination épiscopale du premier archevêque congolais de Brazzaville, Mgr Théophile Mbemba, le 11 février 1962, puis vicaire et curé de paroisse. Vicaire général du diocèse de Pointe-Noire, directeur du petit-séminaire Notre-Dame de Loango et premier recteur congolais du grand séminaire de Kinsoundi, administrateur-apostolique des diocèses de N’kayi et d’Owando, évêque de Kinkala, président de la Conférence épiscopale du Congo, cette liste demeure non exhaustive.
Toutefois, il sied de souligner la déterminante et fructueuse implication de Mgr Portella dans le processus ayant conduit au retour définitif de la paix dans le département du  Pool qui couvre toute la superficie du diocèse de Kinkala.

Abbé Eric Paul GOMA
Responsable de la Commission diocésaine des moyens de communications sociales
(Diocèse de Kinkala)

Informations supplémentaires